“TPMP” : un chroniqueur tient des propos jugés homophobe, l’Arcom est saisie

“TPMP” : un chroniqueur tient des propos jugés homophobe, l’Arcom est saisie

L’Arcom est saisie après les propos jugés homophobes d’un chroniqueur dans “Touche pas à mon poste“.

Ce jeudi 19 mai, lors de l’émission de “Touche pas à mon poste“, le chroniqueur Raymond Abou tenait des propos visant les homosexuels. L’Arcom a donc était saisie par la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. Cyril Hanouna a demandé aux utilisateurs de Twitter de se calmer tandis que son chroniqueur a reconnu ses torts.

C’est une honte !

Un débat autour du joueur du PSG, Idrissa Gueye, qui avait refusé de joueur avec le flocage aux couleurs du drapeau LGBT. Mais, la discution a dérapé sur le plateau de “Touche pas à mon poste“. Comme l’a annoncé, sur Twitter, vendredi 20 mai 2022, la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT saisit l’Arcom pour les propos polémiques du chroniqueur de Cyril Hanouna, Raymond Abou, ce jeudi 19 mai, au lendemain d’un échange déjà agité entre deux autres membres de l’équipe.

Gilles Verdez avait défendu le footballeur : “Je lui donne raison, au nom de sa liberté de conscience, d’expression et de religion“.  Mathieu Delormeau avait alors rétorqué pour lui rappeler que “l’homophobie n’est pas une opinion, mais un délit. C’est une honte !“. Le chroniqueur a ensuite insulter Gilles Verdez et quitter le plateau. Le lendemain, les chroniqueurs sont revenus sur l’incident. Alors Hugo Manos, coach sportif et chroniqueur, prenait la défense de Mathieu Delormeau, Raymond Abou, a pris la parole. “On fait plein de trucs pour les homos, on fait plein de trucs pour l’homophobie“, s’est exprimé le chroniqueur avant d’exclure les homosexuels de ce qui représente, selon lui, une supposée “normalité“. Cyril Hanouna a alors coupé sa parole pour ajouter que les homosexuels n’étaient pas des “gens à part“.

Raymond Abou reconnaît ses torts

Bien que Cyril Hanouna ait posté un message d’apaisement sur Twitter après l’émission, la Dilcrah a décidé de réagir. “Les propos entendus lors de l’émission TPMP sont inacceptablesS’il est nécessaire de le rappeler, les comportements homophobes ne relèvent pas de la liberté d’expression et n’ont pas leur place dans notre société“, a-t-elle précisé avant d’annoncer qu’elle saisissait l’Arcom. Raymond Abou s’est, quant à lui, exprimé, toujours sur Twitter, jeudi soir : “apparemment, certains ont compris totalement l’inverse de mes propos… Ce que je voulais dire, c’est qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire, mais ça va dans le bon sens“.

Pour rappel, l’homophobie est interdite par la loi, un an d’emprisonnement et 45 000 € d’amende peuvent être la sanction dans le cas d’une injure ou diffamation publique. En 2020, le Conseil d’État condamnait la chaîne C8 à une amende de 3 millions d’euros à la suite d’un canular jugé homophobe dans l’émission “Touche pas à mon poste.

Source : Ouest-France