Koh-Lanta : fin de l’aventure pour les spoilers anonymes

Koh-Lanta : fin de l’aventure pour les spoilers anonymes

La production de l’émission “Koh-Lanta” gagne un combat juridique face aux anonymes qui dévoilent à l’avance le contenu de l’émission.

Depuis plusieurs semaines, des utilisateurs anonymes sur Instagram et Twitter spoilent “Koh-Lanta : La Légende”. Que ce soit les prochains jeux, les éliminés ou autres, toutes ces infos se retrouvent dévoilé via les réseaux sociaux avant la diffusion de l’épisode.

La production n’est pas restait les bras croisés. Adventure Line Production (ALP) à donc déposée une plainte et a obtenu gain de cause. En effet le président du tribunal judiciaire de Paris vient d’interdire toute publication divulguant des éléments des prochains épisodes.

La justice a ordonné à ces utilisateurs de sortir de l’anonymat, c’est une première dans un tel contexte. Le président du tribunal a également mentionné un ancien candidat, accusé des mêmes faits, multipliant injures et diffamations. En cas de nouvelle publication qui lèverait le voile sur le jeu d’aventures, le coupable sera amendable à hauteur de 1 000 euros.

“Les réseaux sociaux ne sont pas une zone de non-droit”

Pour l’ALP, il s’agit de protéger l’intérêt de son jeu qui rassemble chaque mardi 5 millions de téléspectateurs sur TF1. Mais également les candidats qui reçoivent des messages insultants de la part du public suite aux révélations.

« Les réseaux sociaux ne sont pas une zone de non-droit. C’est à la justice d’encadrer les abus de la société numérique” explique un chargé de l’affaire. “On peut penser parfois que les rumeurs contribuent à l’intérêt du téléspectateur mais, ici, c’est l’inverse. Le secret fait la singularité du programme et le juge a pris en compte les importantes mesures et les investissements significatifs mis en œuvre pour le conserver. »

En plus des clauses de confidentialité à plus de 10 000 euros, la production empêche la venue de personnes externes et interdit aux équipes techniques d’utiliser leur téléphone portable sur place.

« Le juge a retenu ces critères tout comme le fait que le contenu soit difficilement accessible et à valeur commerciale” ajoute la source. “Ce que ces gens font, c’est une atteinte illicite au secret. » Ces ordres sont mises en place après les premières mesures de la production, en accord avec TF1, au printemps 2020. En pleine pandémie, alors que “Koh-Lanta” effectuait des records d’audience, lors du premier confinement, plusieurs candidats ont reçu des messages remplis d’injures allant parfois à recevoir des menaces de mort sur les réseaux sociaux.

Source : Le Parisien