Salto : le service SVOD de TF1, France Télévisions et M6 devrait débarquer le 20 octobre

Salto : le service SVOD de TF1, France Télévisions et M6 devrait débarquer le 20 octobre

Le Netflix à la française poussé par TF1, M6 et France Télévisions est dans les starting-blocks. Son lancement interviendrait la semaine prochaine.

On y est presque. Ayant affûté ses armes durant l’été grâce à une phase de tests, Salto, la plate-forme de SVOD co-détenue par TF1, M6 et France Télévisions devant être lancée durant l’automne. Selon une information du site Les Echos, son lancement commercial pourrait intervenir le 20 octobre, soit mardi de la semaine prochaine. Celui-ci aurait d’ailleurs dû avoir lieu à la rentrée, mais avait été repoussé sur fond de crise sanitaire.

15 000 heures de contenus au lancement

Pour rappel, ce Netflix à la française misera sur la création française et européenne pour se démarquer sur le marché concurrentiel de SVOD où l’on retrouve notamment Netflix, Amazon et Disney. Avec pour ambition de devenir “la plus grande plate-forme de fiction française”, comme l’a réaffirmé fin septembre Thomas Crosson, responsable des programmes, la plate-forme compte proposer 15 000 heures de programmes dans un premier temps et affiche son ambition d’afficher un total de 20 000 heures d’ici la fin de l’année. Des programmes en direct, en replay ou à la demande qui incluront notamment de l’actualité, des événements, des documentaires, des contenus jeunesse, des séries et des films. Le tout pour un abonnement devant être compris entre 5 et 10 euros.

Des discussions avec les opérateurs

Si la plate-forme sera en OTT dans un premier temps, comme l’avait confirmé Nicolas de Tavernost, patron du groupe M6, lors des rencontres de l’UDECAM, les opérateurs ont manifesté leur intérêt pour Salto. Si Salto discute avec Orange et Bouygues Telecom, ça semble assez mal parti pour une disponibilité chez Free, sachant que l’opérateur de Xavier Niel a émis des réserves en juillet 2019 et déposé un recours devant le Conseil d’État en février 2020.

Source : Les Echos