Free confirme son regain de forme sur le mobile et continue d’engranger des abonnés malgré le confinement

Free confirme son regain de forme sur le mobile et continue d’engranger des abonnés malgré le confinement

L’opérateur de Xavier Niel confirme son rebond commercial sur le mobile. Lors du 1er trimestre, Free a séduit 13 000 nouveaux abonnés malgré un impact de la crise sanitaire.

A contrario d’Orange, Free ne dévisse pas sur les forfaits mobiles grand public. Après avoir relancé la machine à recruter fin 2019 à la suite d’une hémorragie marquée par la perte d’environ 400 000 abonnés en l’espace de deux ans sur ce segment, l’opérateur confirme ce matin son redressement lors de la présentation de ses résultats commerciaux et financiers. Lors du 1er trimestre conclu fin mars, Free Mobile a ainsi engrangé 13 000 nouveaux abonnés. Si l’entrée en confinement a impacté son activité commerciale, annonce t-il, ses recrutements n’en demeurent pas moins positifs. Sa base totale s’élève désormais à 13, 33 millions de clients.

La montée en gamme de Free Mobile se poursuit à un bon rythme 

Autre motif de satisfaction, l’opérateur poursuit sans relâche sa montée en gamme progressive et comptabilise 100 000 recrutements nets sur ses offres 4G lors des trois premiers mois de l’année soit 8,278 millions d’abonnés. Dans le même temps, l’opérateur a perdu 87 000 abonnés à son forfait à 2€. 

Par ailleurs, la base d’abonnés sous promotions très agressives “est désormais très faiblement représentée”, poursuit l’opérateur. Cette baisse du poids des promotions “améliore mécaniquement l’ARPU”, en hausse de 10,7% sur l’année mais stable par rapport au trimestre précédent, à 10,6 euros.

Dans le même temps, l’amélioration du mix de clients et les migrations au tarif standard après 12 mois d’abonnement au forfait Série Free permettent à l’opérateur de soigner son chiffre d’affaires services Mobile, en hausse de 8,1% sur le trimestre, à 527 millions d’euros. Cette dynamique est entraînée par la forte croissance du chiffre d’affaires facturé aux abonnés de près de 10% à 422 millions d’euros. “Les effets bénéfiques de l’arrêt des promotions très agressives et l’amélioration de la qualité du réseau mobile se matérialisent par une baisse du churn”, précise enfin le groupe. Les voyants sont donc au vert. Le prochain trimestre s’annonce toutefois plus difficile, crise sanitaire oblige.

A lire aussi :