SVOD : certains opérateurs télécoms plus enclins à accueillir Salto que Disney+

SVOD : certains opérateurs télécoms plus enclins à accueillir Salto que Disney+

Salto ne sera pas proposé sur les box Internet à son lancement, mais des opérateurs télécoms se disent ouverts à l’arrivée du service de SVOD français au sein de leurs offres. Salto les intéresse même plus que Disney+.

Salto, le service de SVOD poussé par les groupes TF1, M6 et France Télévisions, est perçu comme le Netflix à la française. Les budgets ne sont pourtant pas du même ordre. Salto a 250 à 300 millions de budget, quand Netflix investit 15 milliards de dollars dans les contenus. Chez Disney, c’est 2,5 milliards.

Pas de distribution chez les opérateurs dans un premier temps, mais une ouverture

Pour autant, Salto semble pouvoir compter sur le soutien des opérateurs télécoms français – hormis Free, sachant qu’il avait émis des réserves en juillet 2019 et qu’il a déposé un recours devant le Conseil d’État en février 2020.

Thomas Follin, directeur opérationnel de Salto, a en effet indiqué à Challenge mener des discussions. Interrogé par nos confrères, un opérateur, ayant souhaité garder l’anonymat avant toute signature, a indiqué de son côté : “cela me paraît plutôt prometteur et complémentaire des autres offres existantes”. Et d’ajouter : “nous serons heureux de les avoir”. On se souvient également qu’Orange et SFR se disaient ouverts à une distribution sur leurs box. Challenge souligne un aspect qui n’est sans doute pas étranger à ce soutien, à savoir le fait qu’il n’y ait “aucun minimum garanti”, contrairement à Disney+.

Salto pourra également compter sur la taille de son catalogue. La plate-forme prévoit 15 000 heures de programmes en septembre 2020 et 20 000 heures d’ici la fin de l’année. Mi-2019, Netflix, leader du secteur, avait 32 000 heures de programmes. Mais la quantité ne fait pas tout. Reste à voir si ces contenus se montreront suffisamment attractifs pour justifier le coût de l’abonnement. Le lancement de test est prévu en juin. Reste à voir s’il ne sera pas décalé avec l’épidémie actuelle.