Stéphane Richard en dit plus sur les prochains défis d’Orange

Stéphane Richard en dit plus sur les prochains défis d’Orange

Hormis la généralisation de la 4G sur le territoire, le déploiement de la fibre, l’arrivée prochaine de la 5G et l’investissement dans le cinéma et les séries, Orange compte se démarquer dans d’autres secteurs, l’objectif sera notamment de riposter aux Gafa en allant marcher sur leurs plates-bandes.

Si le principal métier d’Orange est les télécoms, l’opérateur mobile et FAI français s’ouvre de plus en plus à d’autres métiers. En novembre dernier, l’ex-France Télécom a d’ailleurs lancé en grande pompe Orange Bank, une banque mobile qui a déjà séduit 100 000 clients après seulement 4 mois d’existence.

Avec sa branche Orange Cyberdéfense, l’opérateur historique a également l’intention de devenir incontournable au niveau européen dans ce domaine. Pour ce faire, celui-ci a inauguré son nouveau siège en octobre dernier et prévoit de recruter 1 000 salariés supplémentaires avant 2020 pour cette entité qui en compte déjà 1 200 aujourd’hui. La cyber sécurité est aujourd’hui une priorité stratégique dans le cadre de son plan Essentiels 2020 qui est à mi-parcours. En se projetant toujours plus loin, Stéphane Richard, en passe de rempiler pour un troisième mandat de quatre ans à la tête de l’opérateur a esquissé ce weekend dans les lignes de Libération les contours des futurs défis d’Orange.

Une de ses ambitions est de devenir un fournisseur de services important dans le monde du numérique : « On ne peut pas se lamenter que les Gafa prennent des positions dominantes dans tous les domaines et puis rester les bras croisés à construire des tuyaux pour qu’ils y développent leurs services », constate le patron d’Orange. Autre univers dans le viseur de l’opérateur, la maison : « Après la banque, l’univers qui nous intéresse est le fonctionnement de la maison, avec tous les objets connectés qui commencent à la remplir. Notre projet phare est notre assistant virtuel, «Djingo», qu’on lancera à l’automne avec Deutsche Telekom comme partenaire. C’est une réponse européenne à Google, Amazon et Apple, qui ont déjà investi le marché. Celui qui sera capable de conquérir cette position centrale dans les foyers aura un avantage très important».

Enfin, Orange pourrait se lancer sur le marché de l’énergie en France, Stéphane Richard l’a laissé entendre, à la suite de la rencontre organisée à Londres avec les investisseurs en décembre dernier où il a fait le point sur les objectifs du groupe.Orange a déjà un pied dans l’énergie. Le PDG de l’opérateur a rappelé que le groupe est présent en Pologne et en Afrique dans ce secteur. Pour le marché français Stéphane Richard imagine “un partenariat avec un énergéticien” et c’est Total qui s’est récemment lancé dans l’énergie qui pourrait être choisi. Comme argument Orange peut mettre dans la balance ses millions d’abonnés qu’il facture tous les mois.