SFR-Numéricable : des méthodes « irrespectueuses pour l’être humain » dénonce la CFE-CGC dans un courrier à Patrick Drahi

SFR-Numéricable : des méthodes « irrespectueuses pour l’être humain » dénonce la CFE-CGC dans un courrier à Patrick Drahi


Après le lancement d’une procédure de médiation à son encontre par le Syntec Numerique, SFR-Numericable fait encore couler de l’encre. Le syndicat CFE-CGC a envoyé à Patrick Drahi un courrier le 7 avril dernier, remettant en cause ses méthodes managériales, qui vont à l’encontre des engagements pris par le nouveau patron. La lettre – diffusée par Marianne – rappelle à Patrick Drahi qu’il a moult fois promis de « créer un nouvel ensemble performant, digne de confiance, aussi bien socialement qu’économiquement, et ce tant devant les instances représentatives du personnel que devant les salariés ».

Entre l’affaire des contrats renégociés, sans compter la perquisition de l’Autorité de la concurrence dans les locaux de SFR, ce courrier est une véritable sonnette d’alarme. Dès le second paragraphe Patrick Drahi est accusé de tout faire pour « anéantir la culture de SFR et son image de marque ».

Sans indiquer directement d’exemple au début, la CFE-CGC signale ne pas cautionner ces méthodes, et les qualifie de « contreproductives économiquement », voire même nuisibles à l’ensemble de l’entreprise. Elles sont qualifiées « d’irrespectueuses pour l’être humain ».

Outre les problèmes purement managériales, le syndicat relève une « dégradation de notre capital social », ou encore une « détérioration quotidienne de nos conditions de travail et une mise en péril des collaborateurs ». Pis que ça, il est question de « salariés […] sans moyens ni aucune latitude décisionnelle », ou encore de « managers complètement désorientés ».

La CFE-CGC dresse une liste de faits qui « parlent d’eux-mêmes » sur les pratiques de la nouvelle direction. Parmi eux, on trouva les fameux « fournisseurs non payés », ou encore les « départs de salariés et en particulier de managers précipités qui refusent de cautionner vos méthodes ». Référence ici aux quelques 50 cadres mis à la porte fin mars.

En conclusion, le syndicat adresse à SFR-Numericable une petite liste de demandes, dans le but de « rétablir la situation en redonnant confiance aux salariés et au corps social ».

 

Source : Marianne