Perquisition de l’Autorité de la concurrence chez SFR-Numéricable : que risque l’opérateur ?

Perquisition de l’Autorité de la concurrence chez SFR-Numéricable : que risque l’opérateur ?

 

 
Nous vous rapportions en début d’après midi la mise sous scellés de bureaux au siège de SFR et de celui de Numéricable. Le site du Monde a obtenu de nouvelles informations sur les raisons de cette perquisition. Le site du quotidien indique que l’Autorité de la concurrence « cherche à savoir si les équipes des deux opérateurs ont commencé les opérations de fusion avant d’obtenir son feu vert définitif » et le site de préciser que « les équipes des deux opérateurs avaient, avant le 27 octobre, date de l’accord définitif à la fusion, le droit de discuter mais en aucun cas celui de travailler directement à la fusion. »
 
Pas de risque d’annuler la fusion mais une possible amende
 
Toujours selon le Monde, si les faits étaient avérés, il ne devrait pas y avoir de remise en cause de la fusion, celle-ci ayant déjà largement été mise en place. Mais le nouvel opérateur pourrait par contre écoper d’une importe amende pouvant aller jusqu’à 5% du chiffre d’affaires de l’entreprise. Le chiffre d’affaires étant de 11,4 milliards d’euros en 2014, l’amende pourrait dépasser les 500 millions d’euros.