Aurélie Filipetti : “les choses doivent bouger pour que la télévision évolue”

 
A l’occasion du déjeuner de l’association des journalistes médias, Aurélie Filipetti, ministre de la culture est revenue sur les sujet chauds de cette fin d’année 2013.
 
C’est notamment le cas de la chronologie des médias jugée par certains trop longue, inadaptée et faisant les affaires des sites de streaming illégaux. A ce titre, Aurélie Filipetti estime qu’il faut faciliter l’accès à l’offre VOD en améliorant cette dernière : "nous avons laissé jusqu’à la fin de l’année pour que l’interprofession se mette d’accord. Nous sommes encore en discussion sur le délai de 22 mois." Jusqu’à présent les plateformes de VOD doivent attendre 36 mois après leur sortie "en salle" pour pouvoir les exploiter.
 
Concernant le passage éventuel en TNT gratuite de La Chaine d’Information du groupe TF1 (LCI), la ministre concède que la chaîne est "dans un situation critique" et que ce sont des "préoccupations légitimes" mais que pour autant ce n’est pas son rôle de dire "ce que le CSA doit faire." Elle estime néanmoins que "les modèles économiques ne sont pas figés" et que "les choses doivent bouger pour que la télévision évolue".
 
Elle se refuse néanmoins à commenter un éventuel retour de la publicité après 20 heures sur les chaînes publiques du groupe France Télévisions, estimant qu’il existe "d’autres pistes de réflexion."
 
Enfin concernant les droits sportifs et les tergiversations autour des droits de retransmission de Roland Garros, la ministre révèle être "en train de travailler sur un décret pour sauvergarder les évènements sportifs majeurs sur la télévision gratuite." Seraient concernés par ce décret : Roland Garros, le Tour de France ou encore la Coupe de la Ligue.