Vers la fin des retransmissions sportives sur les chaînes publiques ?

Vers la fin des retransmissions sportives sur les chaînes publiques ?

Un an après le lancement de beIN Sport, la bataille des droits TV bat son plein. En une année, la chaîne Qatari a dépensé plus de 400 millions d’euros pour prendre une grande part des lots de diffusion de sports.

Si jusque là Canal+, Sport+ et Eurosport se battaient pour que certaines de ces compétitions soient diffusées sur ces chaînes payantes, BeIN Sport est venu assaisonner le marché d’une planche à billet quasi illimitée laissant Canal+, M6 et France Télévision se partager les miettes.
Pendant ce temps, la chaîne Qatari s’est adjugée les Jeux Olympiques de Londres, l’Euro de Football avant de se voir attribué les droit sur la Liga Espagnole, la Ligue 1, la NBA, obligeant Canal+ a récupérer la Formule 1 de TF1 et ramasser les miettes de la ligue des champions. La chaine, filiale de Vivendi, a même du casser sa tirelire pour conserver la Premier League (189 millions d’euros) et le Rugby (158 millions pour 5 ans) jusqu’en 2016. En 2009, la Premier League n’avait couté que 7 millions d’euros à Canal +.
 
 Le sport se transforme désormais en course aux enchères à chaque fois qu’un droit est remis en jeu. Ce qui fait les affaires des fédérations de sport au détriment des téléspectateurs et des chaînes gratuites qui doivent payer toujours plus cher pour suivre ces compétitions.
 
Le prochain sport à en pâtir sera certainement le tennis et Roland Garros dont la compétition diffusée sur France Télévision vient de se terminer. La Fédération Française de Tennis estime que les droits télévision de cette compétition sont sous-évalués par la chaîne publique. elle aimerait que les droits TV de Roland Garros s’alignent sur ceux de Wimbledon payés 52 millions d’euros par la BBC. La FFT envisagerait même de créer des lots pour la télévision gratuite et d’autres pour la télévision payante.

Quand à la FFT, Pas question pour France Télévision de laisser filer la totalité des droits qu’elle disposait jusque là  : "il faut pouvoir passer d’un court à l’autre et choisir les retransmission qui nous paraissent les plus importantes au jour le jour, voire heure par heure." Jusque là France Télévision déboursait 16 millions d’euros pour diffuser la compétition de tennis. France Télévision dispose d’un budget de 200 millions d’euros pour l’ensemble des droits sportifs des compétitions diffusées par le groupe. Remy Pfimlin, président de France Télévision prevoit d’ailleurs de réduire ses coûts en droits sportifs d’au moins 20 millions d’euros.

 Mais la concurrence pointe également le bout de son nez, M6, Canal + et BeIN sport se positionneraient déjà sur ces droits à acquérir.
 
Un dossier brûlant qui pourrait voir la disparition du sport sur les chaînes publiques si le gouvernement n’intervient pas. Si le décret Télévision Sans Frontière de 2004 impose l’accessibilité de diffusion aux chaînes publiques, de 28 de plus grands évènements sportifs, Roland Garros n’est assujetti à cette restriction que pour les finales.

Le décret qui a maintenant presque 10 ans sera modifié cet été et englobera dorénavant les finales internationales de football féminin. Mais pour la ministre des sports, Valérie Fourneyron, il n’est pas question que Roland Garros parte sur une chaîne payante.

Les négociations vont donc être rudes jusqu’en septembre date à laquelle les droits devront être attribués.