Free Mobile : la nouvelle approche de l’opérateur déboussole un peu le maire

Free Mobile : la nouvelle approche de l’opérateur déboussole un peu le maire

Face à une tentative de réconciliation de la part de Free dans un projet d’antenne-relais, un maire ne cache pas sa surprise. Pour autant, l’élu n’entend visiblement pas changer de cap.

Plus de deux ans que ça dure. Depuis avril 2019, Free tente d’installer une antenne-relais à Saurat, dans le département de l’Ariège. Sauf que l’opérateur de Xavier Niel se voit barrer la route par la municipalité. Celui-ci avait même fini par passer à l’offensive en se tournant vers le tribunal administratif de Toulouse pour obtenir gain de cause.

Retour à la table des négociations

Mais voilà que Free semble tenter une réconciliation avec la municipalité pour parvenir à ses fins. “Dans ce courrier, ils font une liste des points de notre nouvel arrêté d’opposition qui, selon eux, sont non recevables et en gros ils nous demandent gentiment de retirer notre arrêté”, explique le maire Jean-Luc Rouan.

Dans cette missive reçue le 26 avril, la chargée de négociation de l’opérateur commence par planter le décor. Celle-ci conteste la légalité du troisième arrêté d’opposition au motif qu’il n’est pas motivé par des raisons valables. “Vous reprochez à Free de ne pas avoir de droit sur le domaine public. Votre décision méconnaît donc l’autorité de chose décidée qui s’attache à l’ordonnance de référé du 1er février 2021”, explique-t-elle.

Avant d’amorcer une phase de négociation et d’afficher une volonté de désamorcer les tensions. “Aussi, nous vous informons que Free Mobile accepte de prendre à sa charge les travaux d’extension ou de renforcement du réseau public nécessité par son projet. En conséquence, nous vous demandons de réexaminer votre décision au vu des éléments et précisions apportés ci-dessus. En outre, dans une volonté de maintenir les meilleures relations avec votre commune, nous tenons à vous convaincre de l’intérêt de notre projet”, explique-t-elle.

Un maire surpris, mais restant droit dans ses bottes

“Honnêtement, je ne sais pas quoi en penser”, a déclaré le maire du village. Pour autant, pas question de changer de cap. “Je n’ai pas envie de me contredire. Ça fait trois fois que je répète que cette antenne, à cet endroit, n’est pas conforme aux attentes sociétales”, insiste Jean-Luc Rouan. “Je vais donc me rapprocher des différents services compétents, puisqu’on a donc deux mois pour répondre à ce courrier, qui suspend d’office l’application de notre arrêté d’opposition”, explique l’élu qui a confié le recours à ses avocats.

Source : La Dépêche