Orange annonce le lancement de sa “vraie 5G” le 3 décembre dans 15 villes et tacle Free

Orange annonce le lancement de sa “vraie 5G” le 3 décembre dans 15 villes et tacle Free

C’est officiel, Orange lancera sa 5G grand public le 3 décembre prochain avec la ferme intention de faire la différence sur ses rivaux en matière de qualité de service. Son patron n’épargne pas Free et Bouygues Telecom désireux d’utiliser d’autres fréquences pour densifier leur réseau.

Après SFR et Bouygues Telecom, Orange allumera son réseau 5G à partir du 3 décembre prochain. Pas moins de 15 villes sont concernées (Nice, Angers, Marseille, Le Mans ou encore Clermont-Ferrand) soit 10% de la population, avec la promesse de 150 communes couvertes d’ici la fin de l’année, a révélé hier son PDG, Stéphane Richard, dans une interview accordée aux Echos. L’opérateur l’assure, il ne passera pas en force dans les villes qui ont voté un moratoire même s’il est prêt techniquement.

Pas question non plus pour Orange d’utiliser pour le moment des bandes de fréquences allouées à la 4G à contrario de certains rivaux comme Free et Bouygues Telecom. “Nous lancerons la 5G sur la bande des 3,5 gigahertz. C’est la seule bande qui permet de faire de la vraie 5G”, a-t-il clairement fait savoir. Selon lui, “certains opérateurs télécoms envisagent de s’appuyer sur la technologie dite du DSS “, à savoir un partage dynamique du spectre, de quoi déployer très rapidement la 5G sur d’autres bandes. Orange n’a pas fait ce choix pour deux raisons, “le débit ne peut pas être supérieur à celui de la 4G et cela peut même dégrader la qualité de service sur la 4G”, assure Stéphane Richard.

“Nous ne participerons pas à cette guéguerre de communication”

Pourtant, l’ex-France Télécom n’exclut pas de faire de la 5G en DSS “pour un bon maillage du territoire et notamment lorsque nos cœurs de réseau basculeront en 5G en 2023”, soit en complément de la bande 3,5 GHZ. En attendant, “si certains veulent en arriver là pour dire « j’ai allumé la 5G dans toutes les villes », chez Orange, ce n’est pas notre choix. Nous souhaitons agir en responsabilité et nous ne participerons pas à cette « guéguerre » de communication”, lance Stéphane Richard, telle une pique envoyée à Free et Bouygues Télécom dont plusieurs milliers de sites 700 MHz pour le premier et 2100 MHz pour le second sont prêts à être activés en 5G. Reste que dans tous les cas, la nouvelle génération de téléphonie mobile reposera sur un coeur de réseau 4G pendant trois ans. Pour une latence ultra-réduite, il faudra attendre.

Si Free fait le choix d’allumer la 5G sur la bande 700 MHz en même temps que la fréquence 3,5 GHz, il devrait en toute logique bénéficier d’un avantage commercial sur Orange. L’ex-trublion aura en revanche tout intérêt à proposer des débits supérieurs à la 4G avec cette bande dite en or. On parle d’une hausse de débit de 15%. Dès lors qui dit juste ? La réponse est attendue sur le terrain. L’opérateur de Xavier Niel reste pour l’heure très discret, la nature de ses offres et la date de lancement de son réseau ne sont pas encore connues. L’opérateur fera d’une pierre deux coups.