5G et Huawei en France : les autorisations ou refus devraient être délivrés d’ici 10 jours

5G et Huawei en France : les autorisations ou refus devraient être délivrés d’ici 10 jours

Le cas Huawei est un des points encore trouble concernant le déploiement de la 5G en France. La situation devrait s’éclaircir d’ici une dizaine de jours.

Une pomme de discorde qui dure depuis le début de l’année. L’utilisation des équipements Huawei dans le cadre de la 5G en France a été remis en cause par les accusations du gouvernement américain, qui soupçonne le fabricant d’espionnage. Initialement prévue pour février, puis repoussée l’Anssi devrait rendre publique sa décision sur le sujet “au plus tard dans un délai de 10 jours” d’après les sources du JDD .

L’autorisation d’utiliser les équipements Huawei sera décisive pour Bouygues et SFR

Deux opérateurs français attendent le feu vert pour utiliser Huawei pour la 5G : Bouygues Telecom et SFR. En effet, les deux FAI utilisant beaucoup les équipements du fabricant chinois, une interdiction de la part du gouvernement pourrait leur coûter très cher. Bouygues, par exemple, équipe près de 50% de son réseau 4G avec du Huawei. Si l’Anssi interdisait l’équipementier sur le territoire Français, les deux opérateurs se verraient contraints de démonter une partie de leurs antennes pour passer à la 5G. D’où les injonctions de ces derniers à l’Etat de prendre ses responsabilités et la demande d’indemnisation en cas d’exclusion de Huawei de la 5G en France.

Dans le cas où Huawei est totalement écarté du déploiement en France, le coût engendré par cette décision se chiffrerait entre 800 millions d’euros et 2.5 milliards pour Bouygues et SFR. Du côté de leurs concurrents, le choix s’est porté sur Nokia pour Free et c’est aussi le cas chez Orange, l’opérateur historique a pour sa part également signé un partenariat avec Ericson.