Fibre optique : les collectivités viendront doubler l’aide financière accordée aux raccordements compliqués

Fibre optique : les collectivités viendront doubler l’aide financière accordée aux raccordements compliqués

Si l’État va mettre une nouvelle fois la main à la poche pour le déploiement de la fibre optique, les collectivités seront également mises à contribution. De quoi injecter 300 millions d’euros dans ce vaste chantier. Les opérateurs auront quand même à fournir une part non négligeable des efforts.

Fin novembre, le gouvernement a annoncé le déblocage d’une enveloppe supplémentaire de 150 millions d’euros pour s’occuper des raccordements dits complexes et ainsi soutenir le déploiement de la fibre optique, avec toujours pour objectif les 100 % à l’horizon 2025. Une consultation publique est d’ailleurs ouverte jusqu’au 31 janvier 2022 pour définir les conditions d’accès à cette nouvelle aide financière.

Un euro investi par l’État, un euro investi par les collectivités

En effet, pour chaque euro injecté par l’État, un euro devra être investi par les collectivités locales. Ce sont ainsi 300 millions qui ont été annoncés pour apporter une solution aux raccordements complexes de la fibre optique. La contribution de l’État est plafonnée à 12,5 % pour le coût d’un raccordement, lui-même plafonné à 5 000 euros. Celle de la collectivité atteindra la même proportion. Cette contribution est limitée aux opérations sur le domaine public et ne concerne pas la partie privée.

Une étude conduite par la Direction générale des entreprises et l’Agence nationale de la cohésion des territoires en 2021 avait souligné que “l’absence de génie civil en aval des points de branchement optique et en domaine public” était “une complexité susceptible de concerner un nombre conséquent de locaux en zone d’initiative publique” et pouvait ainsi “constituer un frein important”. Une estimation des opérateurs a mis en lumière le fait que le coût d’un raccordement varie d’un abonnement à un autre. Il oscille entre 200 et 400 euros en zone urbaine et coûte entre 5 000 et 12 000 euros en zone rurale.

Équité, mais pas sans la qualité

Cette enveloppe supplémentaire de 300 millions d’euros vise à rétablir une certaine équité entre les consommateurs dans l’accessibilité à la fibre optique, sans laisser les opérateurs supporter seuls les investissements, même si comme le rappelle Cédric O, “ils ont vocation à prendre une partie non négligeable de l’effort”. Orange y voit d’ailleurs “un premier pas”. Le secrétaire d’État au Numérique voudrait toutefois “être certain que l’État et les Français en aient pour leur argent”, avec en ligne de mire les problèmes récurrents autour de la qualité des raccordements auxquels la filière tente d’apporter des solutions, y compris basées sur l’intelligence artificielle.

Source : Les Echos