Univers Freebox a testé le OnePlus 7, la promesse d’un smartphone haut de gamme plus abordable

Univers Freebox a testé le OnePlus 7, la promesse d’un smartphone haut de gamme plus abordable

Après avoir testé le plus ambitieux OnePlus 7 Pro, Univers Freebox se penche sur son petit frère le OnePlus 7. Voici nos impressions après plusieurs jours en sa compagnie. La marque nous a prêté le modèle 8/256 Go à 609 euros.

Avant de passer à ce test réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque, voici un rappel des principales caractéristiques du OnePlus 7 disponible à 559 ou 609 euros selon la configuration choisie (6/128 ou 8/256 Go) :

-   Processeur : octa-core jusqu’à 2,84 GHz (chipset Qualcomm Snapdragon 855)

-   Mémoire vive : 6 ou 8 Go

-   Écran : dalle AMOLED 6,41 pouces au ratio 19,5/9 offrant une définition Full HD+ (2 340 x 1 080 pixels)

-   Son : haut-parleurs stéréo

-   Stockage : 128 ou 256 Go (non extensibles par MicroSD) avec support UFS 3.0

-   Compatibilité 4G : support des bandes B1 / B2 / B3 / B4 / B5 / B7 / B8 / B12 / B13 / B17 / B18 / B19 / B20 / B26 / B28 / B29 / B32 

-   Double capteur photo dorsal : 48 Mégapixels (principal) + 5 Mégapixels (infos de profondeur) 

-   Appareil photo frontal : 16 Mégapixels (dans une encoche goutte d’eau)

-   Prise casque : non

-   Connectique de charge : USB Type-C (tranche inférieure)

-   Connectivité Bluetooth : version 5.0

-   Support NFC : oui

-   Batterie : 3 700 mAh (non amovible) rechargeable en filaire avec le bloc 20 Watts fourni

-   Étanchéité : non certifiée (pour contenir les coûts, mais indiquée par la marque)

-   Système d’exploitation : Android 9.0 Pie avec l’interface OxygenOS

-   Protection : lecteur d’empreintes sous l’écran ou reconnaissance faciale

Un design haut de gamme et une prise en main agréable

Dès la sortie de la boîte, le OnePlus 7 dégage une impression de produit bien fini, tant sur le plan du design, que sur le plan de l’assemblage. Les plus maniaques reprocheront peut-être le côté salissant, avec la coque qui accroche bien les traces de doigts.

La prise en main est plus agréable qu’avec le grand-frère, plus lourd en raison de son plus grand écran et de sa batterie de plus grosse capacité. Seule chose qui pourrait déranger, et qui a dérangé certains membres de la rédaction : la protubérance du bloc photo à l’arrière. Elle peut devenir embêtante si vous avez tendance à tenir le smartphone en plaçant l’index dans la partie supérieure dos. Fort heureusement, l’effet est atténué avec une coque de protection (comme celle fournie).

Un bel écran et un son qui décoiffe

Parlons maintenant de l’écran qui offre de belles couleurs et de bons angles de vision. On peut d’ailleurs régler sa chaleur d’affichage dans les paramètres. Toujours dans les paramètres, les réfractaires à l’encoche pourront la dissimuler.

 

Côté son, le rendu stéréo permis par l’utilisation du haut-parleur d’appel envoie du lourd. Ça décoiffe (au moins au sens figuré en ce qui concerne votre rédacteur). On a plaisir à pousser le son à fond dans un jeu de voitures comme Asphalt 9 pour être au cœur de l’action. Même en écoute musicale, la puissance et le relief proposés sont bienvenus.

Toujours concernant l’audio, oubliez le mini-jack, absent comme chez le grand-frère. On note par contre, dans les paramètres, la prise en charge du Dolby Atmos, technologie qui s’occupe de la verticalité du son.

Une partie photo intéressante, mais incomplète

Du côté de la photo, les clichés sont excellents, même en conditions de basse luminosité, grâce au mode nocturne qui fait du sacré bon boulot en redonnant des couleurs, en éclaircissant des zones sombres ou retravaillant les effets de lumière. Oubliez par contre le zoom ou le grand-angle, puisque le OnePlus 7 n’hérite pas de tous les capteurs de son grand-frère. Les amateurs de selfies seront également bien servis.

Ci-dessous, des clichés en version normale, puis en version zoomée (et ratée, on peut le dire) :

D’autres clichés en pleine journée et par beau temps, qui sont tout simplement excellents :

 

Deux portraits, en extérieur et en intérieur :

 

Une photo sans puis avec le mode nuit (qui réduit les halos autour des lampadaires, redonne du vert aux feuilles et redessine les voitures au premier plan) :

 

Un selfie seul en extérieur, puis un selfie à deux en intérieur :

 

De la 4G à pleine vitesse et un support de la bande des 700 MHz

Dans une zone bien couverte, il n’est pas rare de dépasser les 100 et même 150 Mbit/s en réception. Les téléchargements de quelques dizaines de Mo sont alors une formalité et le surf Internet très rapide.

  

Les abonnés Free Mobile noteront, quant à eux, que le support de la 4G 700 MHz (B28) est de la partie.

De grosses performances

Avec du Snapdragon 855 à bord, on peut en théorie faire fonctionner tout le store Android (hormis des incompatibilités). Asphalt 9, Need for Speed : No limits, PUGB et Harry Potter : Wizards Unite sont des formalités pour le OnePlus 7. PUBG propose d’emblée les graphismes à fond. Notez d’ailleurs que la chauffe reste contenue.

Un petit passage dans le benchmark AnTuTu confirme cette débauche de performances. Le OnePlus 7 se retrouve quatrième derrière les OnePlus 7 Pro, Xiaomi Mi 9 et Xiaomi Black Shark 2.

Mais les hautes performances se constatent également au niveau des vitesses de l’écriture et de lecture de la mémoire interne, grâce au support UFS 3.0. On atteint en effet les 427 Mo/s en écriture et les 1,1 Go/s en lecture (à droite). À titre de comparaison, un Mate 10 Pro affiche 513 et 184 Mo/s (à gauche).

 

Une autonomie confortable et une charge rapide

Rechargé à 100 % le vendredi vers 22h30, notre OnePlus 7 était à 21% le lundi matin à 9h57. Entre temps, il a servi à diffuser de la musique en Bluetooth sur le player Delta (Fête de la Musique), reçu pas mal de notifications Twitter et été manipulé pour des captures d’écran. Mais il a aussi beaucoup servi à jouer à Asphalt 9, Need for Speed No limit et PUGB avec le son à fond. Oui, jouer sur le OnePlus 7 a un goût de reviens-y. La journée devrait être tenue sans problème dans le cas d’un usage intensif. Tirer vers les deux jours semble envisageable dans le cas d’un usage modéré.

Avec le chargeur 20 Watts, faire le plein ne prend pas des plombes. Nous sommes en effet passés de 21 à 100 %, entre 9h57 et 11h10. Entre 15h58 et 16h13, nous sommes passés de 79 à 90 %. La petite recharge express avant de prendre la route sera possible en cas de besoin.

Une interface OxygenOS très complète et des patchs de sécurité récents

L’interface proposée par OnePlus conserve le tiroir d’applications et permet de garder ou non les boutons de navigation.

 

 

Elle est aussi pleine de bonnes choses utiles. On peut citer les modes Lecture et Jeux, l’outil de migration des données et l’accent mis sur la gestuelle (pratique la capture d’écran avec le glisser à trois doigts ou l’activation de la lampe-torche avec le dessin d’un V sur l’écran verrouillé).

 

 

 On apprécie toujours autant le bouton coulissant sur le côté pour basculer rapidement vers les modes vibreur et silencieux.

Parlons enfin de la sécurité. Au déballage, nous avions une notification pour une mise à jour qui installait les patchs de sécurité de mai 2019. 

 

Toujours à propos de sécurité, les deux solutions proposées, à savoir la lecture d’empreintes digitales (module sous l’écran) et la reconnaissance faciale (grâce au capteur photo avant) sont aussi efficaces l’une que l’autre. Très rapides, et quasi sans raté (sauf avec les doigts humides du fait des grosses chaleurs du moment).

VERDICT : beau, rapide à tous les niveaux, taillé pour le multimédia, moins cher que les modèles haut de gamme des grands constructeurs, offrant une bonne autonomie avec une charge rapide et profitant d’une ROM très complète, le OnePlus 7 ne manque pas d’arguments pour séduire. Avec son positionnement tarifaire, bien loin des 800-1000 euros qui peuvent refroidir, c’est même typiquement un achat impulsif. Maintenant, il y a des concessions à faire comme la recharge sans-fil que la marque ne juge pas assez intéressante pour l’instant ou la partie photo très intéressante mais perfectible (pas de grand-angle ou de zoom optique).