5G en France : Huawei ne croit pas qu’il puisse en être écarté et dénonce des USA qui disent n’importe quoi

5G en France : Huawei ne croit pas qu’il puisse en être écarté et dénonce des USA qui disent n’importe quoi

 

Pointé du doigt par les États-Unis pour sa supposée proximité avec le gouvernement chinois et des risques d’espionnage, Huawei subit de nombreuses pressions à l’heure du déploiement de la 5G. Et alors que la France se planche sur le sujet, le géant des télécoms ne semble pas se sentir particulièrement en danger.

Interrogé par le site Les Echos, Weiliang Shi, directeur de la branche française de Huawei, est revenu sur la situation inconfortable dans laquelle se trouve le géant des télécoms. Suspecté de pouvoir servir l’espionnage chinois, Huawei subit en effet une campagne de boycott initiée par les États-Unis à l’heure du déploiement de la 5G

« Nous allons continuer à y investir et nous participerons au déploiement de la 5G. Il n’y a aucune raison que nous en soyons exclus », a déclaré Weiliang Shi. Il rappelle que Huawei n’a « jamais eu de problème de cybersécurité » en 16 ans de présence en France. Maintenant, Weiliang Shi indique comprendre les inquiétudes de la France et en profite pour suggérer que « le cadre réglementaire ne porte pas uniquement sur les équipements radio », mais aussi sur les logiciels et le Cloud, sachant que « 68 % du trafic passe par le Cloud ». Concernant l’absence du cœur des réseaux, il explique que « ce n’est pas un objectif en soi » et que Huawei n’y est jamais allé à cause d’un processus de tests et de certification beaucoup trop long. Selon lui, cela pourrait toutefois changer avec la 5G. Aussi questionné sur la possibilité d’un centre de sécurité comme dans d’autres pays, Weiliang Shi a indiqué que le projet était en cours de négociations.

Pour revenir aux accusations lancées par les USA desquelles ont découlé toutes ces pressions, Weiliang Shi rétorque qu’« on ne peut pas laisser dire tout et n’importe quoi sur Huawei ». Et d’ajouter : « Ces accusations ne reposent sur aucune preuve. Nous sommes prêts à faire tout ce qu’il faut pour rétablir la vérité. Nous ne fabriquons pas d’équipements pour les militaires ou les services de renseignement. Huawei est une société privée normale, 100 % détenue par ses employés. Tous nos produits sont conformes aux standards européens. Et aucune décision n’est prise par le gouvernement chinois. Jamais. Nous sommes les victimes des tensions commerciales entre Washington et Pékin. Malheureusement, Huawei n’est pas la première société, ni la dernière, à être attaquée par les Etats-Unis. »

Source : Les Echos