Antenne-relais : un sénateur tente une médiation avec Free Mobile, en vain

Antenne-relais : un sénateur tente une médiation avec Free Mobile, en vain

 

Retour dans la commune d’Estourmel dans le département du Nord où l’implantation d’une antenne-relais Free Mobile continue de faire polémique bien que les travaux aient déjà débuté.

Abracadabrantesque mais… Si l’autorisation d’implantation d’une antenne Free Mobile a été signée cet été à L’Estourmel par l’un des adjoints du maire, la signature s’est faite en son absence et donc sans son approbation. Embêté, ce dernier a par la suite envoyé un courrier d’excuses aux habitants admettant ne pas avoir mesuré que cela pouvait être un dossier sensible 

Consternés, des Estourmelois ont alors regretté de ne pas avoir été prévenus en amont tout en s’inquiétant de l’impact des ondes sur la santé. Un mystérieux collectif a vu le jour en octobre dernier mais ses membres ont souhaité rester anonymes jusqu’au 4 décembre, et de la tenue d’une réunion publique. Malgré la mobilisation, l’heure était à l’impuissance. Le dossier présenté par Free Mobile ne présentait aucune irrégularité administrative. Certains ont bien tenté de faire jouer le délais de recours en demandant une conciliation au préfet, sans réponse. Interpellé à son tour par les réfractaires au projet, le sénateur LREM Frédéric Marchand a indiqué : « J’ai en effet saisi Free sur le sujet en tentant une médiation… sans réponse de Free, au demeurant. » Aujourd’hui les choses avancent résolument du côté de l’opérateur puisque le chantier a débuté il y a deux semaines, à fait savoir le maire de la commune à la Voix du Nord. La commune disposera bien d’une seconde antenne.