Orange, Free, SFR et Bouygues : obligation de couvrir 115 nouvelles zones en 4G dans le cadre du “New Deal”

Orange, Free, SFR et Bouygues : obligation de couvrir 115 nouvelles zones en 4G dans le cadre du “New Deal”

Pas de trêve pour les opérateurs.

Contexte. En janvier 2018, le gouvernement annonçait un accord sans précédent passé avec les opérateurs pour généraliser la 4G et en finir définitivement avec les zones blanches. 

Un des engagements pris par les opérateurs en échange de l’absence de mise aux enchères des fréquences, consiste à déployer 5 000 nouveaux sites, dont les deux premiers ont été inaugurés le 28 juin dernier. Pour la mise en œuvre du dispositif, un rythme de déploiement a été défini. Ainsi, l’Etat prépare les listes de zones dans ce cadre, jusqu’à 600 zones par opérateur en 2018, jusqu’à 700 en 2019 et 800 en 2020, 2021 et 2022, puis jusqu’à 600 zones par an et par opérateur au-delà. 

Après la réattribution des autorisations d’utilisation de fréquences dans les bandes 900 MHz, 1800 MHz et 2,1 GHz et une consultation publique réalisée du 15 novembre au 4 décembre 2018, le gouvernement a publié avant hier un arrêté dans le Journal officiel de la République dans lequel figure une liste complémentaire des zones à couvrir par les opérateurs "au titre du dispositif de couverture ciblée inscrit dans les autorisations d’utilisation de fréquences susvisées, est définie par l’annexe du présent arrêté." Au final, dans chacune des 115 nouvelles zones à couvrir, Orange, Free, SFR et Bouygues sont tenus d’assurer la couverture des points d’intérêts au moyen de l’installation de nouveaux sites.