Mobile : L’ARCEP et le gouvernement annoncent un “accord historique” avec les opérateurs pour mettre fin aux zones blanches

Mobile : L’ARCEP et le gouvernement annoncent un “accord historique” avec les opérateurs pour mettre fin aux zones blanches

 
Depuis plusieurs mois maintenant, l’ARCEP et le gouvernement ont mené une concertation avec l’ensemble des opérateurs télécoms et collectivités, afin de trouve un accord pour mettre fin aux zones blanches, ces zones qui ne disposent pas d’une réception mobile satisfaisante, ou pas de couverture du tout.
 
Ce dimanche, l’ARCEP annonce que "le gouvernement est parvenu à un accord historique qui vise à généraliser la couverture mobile de qualité pour l’ensemble des Français". Dès ce matin dans le JDD, le secrétaire d’État Julien Denormandie, annonçait « accord historique » qui ne coutera pas 1 centime à l’Etat
 
« Nous allons faire en trois ans ce que nous avons fait jusqu’ici en quinze ans pour déployer la téléphonie mobile ! Je ne veux pas clouer au pilori les opérateurs, mais leurs investissements passés n’ont pas été suffisants en montant et en rythme de déploiement dans les zones peu peuplées. Par cet accord, ils s’engagent à consentir plus de 3 milliards d’euros d’efforts financiers pour y arriver. » a expliqué Julien Denormandie
 
Selon l’ARCEP, l’Etat fait le choix de prioriser l’objectif d’aménagement du territoire, dans les conditions d’attribution des fréquences mobiles dont les autorisations arrivent à terme dans les prochaines années. Le Gouvernement prévoit également d’accompagner l’effort massif d’investissement des opérateurs d’un engagement de stabilité des redevances payées par ces derniers pour ces fréquences, et de mesures de simplifications prévues dans le projet de loi sur le logement.
 
Dans cet accord, Free, Orange, SFR et Bouygues Télécom s’engagent à : 
 
– améliorer la qualité de réception sur l’ensemble du territoire, et particulièrement dans les zones rurales. Le nouveau standard d’exigence appliqué aux obligations des opérateurs sera celui de la bonne couverture ;
 
– démultiplier le rythme des programmes ciblés d’amélioration de la couverture et dans ce cadre construire chacun au moins 5000 nouveaux sites sur tout le territoire, parfois mutualisés, qui iront désormais au-delà des zones dites « blanches » et dont la charge sera désormais intégralement prise par les opérateurs. Au cours des trois prochaines années sera engagée la couverture d’autant de zones que l’ensemble des programmes gouvernementaux depuis quinze ans. 
 
– généraliser la réception en 4G ce qui implique de l’apporter à plus d’un million de Français sur 10 000 communes, en équipant en 4G tous les sites mobiles ;
 
– accélérer la couverture des axes de transport, afin que les principaux axes routiers et ferroviaires soient couverts en 4G ; l’accord prévoit aussi des dispositions sur la couverture des trains régionaux.
 
– généraliser la couverture téléphonique à l’intérieur des bâtiments, en utilisant notamment la voix sur Wifi.