TF1 tente toujours de faire bouger les lignes avec les opérateurs télécoms

TF1 tente toujours de faire bouger les lignes avec les opérateurs télécoms

Le chemin est encore long pour TF1 et les opérateurs.

Dans une interview accordée au Figaro, Gilles Pélisson, directeur général de TF1 est revenu sur les négociations que mène la Une avec les opérateurs. A ce sujet, si ce dernier estime discuter de manière "constructive" avec les telcos et ne doute pas que des solutions seront trouvées, il reste toutefois campé sur ses positions : " Nous proposons de faire bouger les lignes en apportant de nouveaux services comme le start-over sur les programmes ou l’extension du replay au-delà de J+7 jours. Cette négociation est primordiale pour le modèle économique de TF1. Les sommes que nous demandons sont en ligne avec ce que nous avons pu observer à l’international.On parle de plusieurs dizaines de millions d’euros. Cela changera profondément notre modèle, sans peser significativement sur les opérateurs."

 A la question de savoir si la publicité ciblée est au centre des discussions, le directeur général de TF1 confirme à demi-mot que celle-ci "est clé mais n’est pas la panacée." A ses yeux, les négociations portent sur "la juste" rémunération des contenus de TF1 : "Au moment de renégocier nos accords commerciaux pour plusieurs années, il est crucial pour nous de monétiser la diffusion de programmes. Il est légitime qu’ un opérateur qui commercialise un accès télécom, Internet et télé à 30 euros rémunère les contenus à leur juste valeur", défend-il dans les lignes du quotidien. 

Le bras de fer

Pour rappel, TF1 demande en effet depuis 16 mois aux opérateurs (Free, Canal, SFR, Orange…) une forte augmentation de la redevance qu’ils versent à la chaîne. Il serait question d’une augmentation d’un facteur 10, qui ferait passer cette redevance de 10 millions d’euros (pour la totalité des opérateurs) à 100 millions d’euros. Les opérateurs refusent de payer rétorquant entre autres que le groupe TF1 occupe gratuitement les fréquences TNT mais qu’en revanche les FAI ont déboursé 3 milliards d’euros pour ces mêmes fréquences. Au refus des opérateurs de payer pour quelque chose qui était gratuit auparavant, Gilles Pélisson ne cache pas son incompréhension : "Il est étonnant que des opérateurs qui s’adaptent constamment aux nouveautés refusent de changer sur ce point. Il y a dix ans, quand vous entriez dans une boutique de télécoms, les téléphones étaient vendus à 1 euro. Maintenant, ils le sont à 500 euros. C’est la preuve qu’ils savent adapter leurs modèles économiques."
 
En juillet dernier  le groupe TF1 a donc mis ses menaces à exécution alors que SFR a saisi le CSA et a annoncé qu’à compter « du 29 juillet 2017, date d’échéance des contrats, et en l’absence de tout accord avec le groupe TF1, Numericable-SFR n’est plus autorisé à exploiter commercialement MYTF1 et les chaînes en clair du groupe TF1. En conséquence, le groupe TF1 n’est plus en mesure de fournir à Numericable-SFR le service replay MYTF1 et a demandé à ce que le distributeur cesse l’exploitation commerciale des chaînes TF1, TMC, NT1, HD1, LCI. » Aujourd’hui, les clients SFR n’ont donc plus accès au replay de TF1 sur leur box : A la place un message s’affiche à l’écran et leur rappelle la situation :

« Chers clients, un différend, actuellement soumis devant le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel par SFR et Numericable, nous oppose à TF1. A notre grand regret, le Groupe TF1 a décidé unilatéralement de couper le Replay MyTF1 sur votre box. Ce service reste disponible via ordinateur, tablette et mobile au travers de l’application ou du site MyTF1. Vous pouvez également programmer l’enregistrement de vos programmes télé préférés, pour les voir au moment que vous choisissez. Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée. »

 

Mais si SFR est le premier à subir cette situation, car son contrat avec TF1 arrive à échéance le premier, la même chose pourrait arriver chez Free si aucun accord n’est trouvé, puisque l’opérateur a déjà annoncé qu’il ne payera pas ce que demande TF1.