Quand Patrick Drahi propose la création d’une chaîne BFM locale en l’échange du RIP de la région Grand Est et rate son coup

Quand Patrick Drahi propose la création d’une chaîne BFM locale en l’échange du RIP de la région Grand Est et rate son coup

Une proposition de troc qui fait plouf.

Le 13 juillet dernier, La région Grand Est a choisi d’attribuer le marché Très haut débit à NGE Concessions et Altitude Infrastructure, alors en compétition face à SFR Collectivités. Patrick Drahi tenait à ce marché et s’était même déplacé en personne pour défendre sa candidature. Alors en passe de perdre l’appel d’offres, l’opérateur au carré rouge avait envoyé une lettre au président de la région Grand Est, jugée à la limite de “l’intimidation à l’encontre de personnes dépositaires de l’autorité publique”. SFR déclarait que la procédure de sélection manquait d’“objectivité et de neutralité” et affirmait déjà que s’il n’était pas retenu, il déploierait de toute façon son propre réseau sans subvention en parallèle.

Aujourd’hui, La Lettre A en rajoute une couche et informe que Patrick Drahi a finalement tout tenté même l’improbable, venant à proposer avec bagou en l’échange de ce RIP de « créer, si SFR était retenu, une chaîne régionale BFM Grand Est », un peu à l’instar de BFM Paris. En vain puisque le milliardaire décrié n’a finalement pas réussi à rafler le plus gros RIP actuel en France soit de 900 000 prises FTTH pour un budget de 1,3 milliard d’euros. Depuis, SFR a annoncé vouloir fibrer la France seul et sans argent public.