Réseaux mobiles de Free, Orange, SFR et Bouygues : les nouvelles cartes plus précises seront disponibles dès le 18 septembre prochain

Réseaux mobiles de Free, Orange, SFR et Bouygues : les nouvelles cartes plus précises seront disponibles dès le 18 septembre prochain

Avec ces nouvelles cartes, l’Arcep entend stimuler les opérateurs pour doper encore davantage la couverture mobile. L’objectif, réorienter la concurrence que se livrent ces derniers, afin que celle-ci porte non seulement sur les prix mais aussi sur les performances des réseaux. 

En mars dernier, l’Arcep a lancé son nouvel outil monreseaumobile.fr qui doit intégrer des cartes comptant quatre niveaux de couverture contre deux actuellement. Ainsi les opérateurs mobiles sont tenus de publier, depuis cet été, des cartes de couverture qui différencient les zones de très bonne couverture, de bonne couverture, de couverture limitée, et celles où il n’y a pas de couverture,

Si jusqu’à présent des tests ont été menés en Nouvelle-Aquitaine, ces nouvelles cartes vont être étendues comme prévu à la rentrée à tout le territoire métropolitain. Auditionnée mercredi au Sénat lors de la table ronde des opérateurs, Martine Lombard, membre du collège de l’Arcep a dévoilé la date exacte de la publication de ces dernières : « à partir du 18 septembre, nous allons rendre publiques ces cartes, nous sommes en train de vérifier leur fiabilité mais il en résultera un véritable choc de transparence. » Avant d’ajouter que l’Arcep  « va étendre ces cartes qui pour le moment ne rendent compte que de la couverture Voix/SMS à la couverture internet mobile à travers l’application monréseaumobile.fr qui permet de zoomer sur telle rue, tel village, tel hameau pour voir qui couvre exactement et comment c’est couvert.»

 

A noter que Monreseaumobile.fr rassemble deux types d’informations complémentaires :

 
– d’une part, les cartes de couverture des opérateurs. Réalisées à partir de simulations numériques, ces cartes donnent une information concernant l’ensemble du territoire mais présentent des visions nécessairement simplifiées et donc encore imparfaites de la réalité ;
 
– d’autre part, des mesures de qualité de service réalisées en conditions réelles. Ces données représentent parfaitement la réalité du terrain, mais ne permettent pas, par nature, d’avoir une vision exhaustive du territoire.
 
Cette approche de " régulation par la data " entend enclencher un cercle vertueux : les choix éclairés des utilisateurs inciteront les opérateurs à investir dans la couverture du territoire ; les opérateurs faisant le plus d’efforts seront récompensés par les consommateurs, ce qui permettra de rentabiliser ces investissements.