La croissance du nombre d’abonnés Très Haut Débit a battu un record en 2015, tirée par le FTTH

La croissance du nombre d’abonnés Très Haut Débit a battu un record en 2015, tirée par le FTTH

 
Le nombre de nouveaux abonnés Très Haut Débit a battu un record en 2015, ainsi que le montre l’observatoire publié par l’ARCEP en fin de semaine dernière. Le nombre de souscriptions au très haut débit atteint ainsi 4,3 millions fin 2015, soit 16% des accès à internet haut et très haut débit (+5 points en un an). La majorité de la croissance annuelle (+800 000 en 2015 contre +500 000 en 2014) provient des abonnements dont le débit est supérieur ou égal à 100 Mbit/s, c’est-à-dire ceux en fibre optique de bout en bout (1,4 million, soit +490 000 en un an), et ceux avec terminaison par le câble coaxial dont le débit est supérieur ou égal à 100 Mbit/s (1,2 million, soit +310 000 en un an). 
 
Les souscriptions dont le débit est compris entre 30 et 100 Mbit/s est également en hausse (1,6 million, +500 000), en raison de la progression du nombre d’abonnements en VDSL2. 
 
 

Les opérateurs ont continué à déployer massivement le Très Haut Débit
 
Le déploiement de nouvelle prise a également été important au cours de l’année dernière. A la fin 2015, le nombre de logements éligibles au très haut débit (incluant les logements éligibles au VDSL2) est estimé à 14,5 millions (+9% en un an). Parmi ceux-ci, 5,6 millions de logements sont éligibles à la technologie FTTH (+38% en un an), 8,8 millions de logements sont éligibles à des offres très haut débit en fibre optique avec terminaison par le câble coaxial, et 5,3 millions de logements le sont à la technologie VDSL2 (+9% en un an). Il est à noter qu’un même logement peut bénéficier d’une éligibilité à plusieurs technologies très haut débit (FTTH, câble, VDSL2).
 
Définition du Très Haut Débit
 
L’ARCEP précise que sont comptabilisés comme des abonnements très haut débit, les accès à internet dont le débit crête descendant est supérieur ou égal à 30 Mbit/s quelle que soit la technologie support : les réseaux en fibre optique de bout en bout (c’est-à-dire supportant un accès à internet via une boucle locale optique mutualisée ou via une boucle locale optique dédiée), les réseaux « hybrides fibre câble coaxial » (HFC), les réseaux en fibre optique avec terminaison en câble coaxial (FttLA), ainsi que les abonnements VDSL2 lorsque l’abonné est situé suffisamment près de l’équipement actif de l’opérateur pour bénéficier d’un débit égal ou supérieur à 30 Mbit/s. Le nombre des abonnements très haut débit dont le débit est supérieur ou égal à 100 Mbit/s est également publié

 Le déploiement du Très Haut Débit chez Free

L’ARCEP n’a pas détaillé les chiffres par opérateurs. Mais Free compte un peu plus de 200 000 abonnés FTTH (soit une peu moins de 100 000 en 1 an) et de nombreux abonnés VDSL qu’il est difficile de comptabiliser. L’opérateur devrait en tout cas accélérer le mouvement dans le déploiement FTTH et a fait plusieurs annonces à ce sujet lors du #FreeDay2016 :

-  Free a annoncé qu’il terminera le fibrage horizontale des zones très denses dans 18 mois. En savoir plus…

-  Déploiement fibre : Free a annoncé qu’il allait rattraper son retard sur Orange sur les zones Moyennement denses prochainement. En savoir plus…

-  Free a annoncé qu’il est en discussion avec les RIP et qu’il devrait proposer ses offres FTTHprobablement dans 6 à 9 mois. En savoir plus…