Mariage Bouygues/Orange : les prix ont augmenté lors du passage de 4 à 3 opérateurs en Europe. Et en France ?

Mariage Bouygues/Orange : les prix ont augmenté lors du passage de 4 à 3 opérateurs en Europe. Et en France ?
 
La facture du consommateur va-t-elle augmenter si le rachat de Bouygues Télécom par Orange venait à être officialisé ? Beaucoup d’acteurs sont inquiets à ce sujet, comme l’association de consommateurs UFC-Que choisir, qui redoutait les possibles conséquences que ce mariage pourrait avoir sur les abonnés. Pour contrer ces inquiétudes naissantes, Stéphane Richard, le PDG d’Orange, s’est exprimé mardi matin aux vœux de l’entreprise : « C’est ridicule d’être obsédé par la baisse des prix, ou ce fantasme d’une opération qu’on prépare pour nuire aux consommateurs ».
 
 
Seulement, l’hebdomadaire Challenges révèle que plusieurs enquêtes européennes affirment le contraire à ce sujet. Une étude du CERRE (Centre on Regulation in Europe) sur les tarifs de 33 pays de l’OCDE entre 2002 et 2014 montre que le passage de quatre à trois opérateurs a fait augmenter les prix de 4 à 16 %, tandis que l’arrivée d’un nouvel opérateur les a fait diminuer de 8,6% en moyenne. Un pays européen peut également servir d’étude de cas : l’Autriche. La facture a d’abord bondi de 29 % les deux premières années, suite au rachat par Three d’une filiale d’Orange, avant de se stabiliser à 15 % fin septembre 2015.
 
Mais, mise en perspective, la situation française est légèrement différente depuis l’arrivée de l’opérateur Free sur le marché. Stéphane Richard a d’ailleurs rappelé mardi que « la baisse des prix intervenue après l’arrivée de Free est un acquis intangible ». Un avis partagé par Sylvain Chevalier, analyste à BearingPoint : « L’augmentation massive des prix n’est pas crédible. Dans un marché de la téléphonie mature comme en France, l’intensité concurrentielle dépend de la volonté des acteurs à aller chercher des clients chez leurs rivaux ».