Free et Orange préparent ensemble depuis plusieurs mois la fin de l’itinérance 3G

Free et Orange préparent ensemble depuis plusieurs mois la fin de l’itinérance 3G

 
L’ARCEP a publié mercredi sa  proposition concernant la mise ne place de la fin de l’itinérance de Free Mobile sur le réseau d’Orange. Mais contrairement à ce que rapportent certains propos alarmistes, l’Autorité de régulation ne demande aucunement que l’itinérance soit stoppée demain ni même après demain. Au contraire même, puisqu’il s’agira d’un mouvement progressif, qui va débuter avant la fin du contrat signé entre Free et Orange mais qui va s’étendre au delà, jusqu’en 2020 voire 2022.
 
Dans Le Monde, Sébastien Soriano, le président de l’ARCEP, précise « Nous avons estimé que l’extinction brutale de l’itinérance au 31 décembre 2017, comme le prévoit le contrat, n’était pas crédible. Nous voulons par conséquent accompagner le processus pour que ça marche et que ce soit effectif »,
 
L’ARCEP préconise une extinction progressive par zone, et laisse à Orange et Free le soin de s’organiser pour définir sur quelles antennes l’itinérance va prendre fin, et quand. Les deux opérateurs ont jusqu’au 23 février pour transmettre un schéma d’arrêt de l’itinérance. Si celui-ci ne convenait pas, ce serait l’ARCEP qui déciderait de ce schéma. Mais là encore, cette demande de l’ARCEP ne tombe pas comme un couperet. En effet, Orange et Free travaillent déjà depuis de nombreux mois sur l’arrêt de l’itinérance. Ainsi, déjà en juin 2015, Maxime Lombardini nous indiquait  : « On travaille avec Orange sur la fin de l’itinérance ». Et de nous préciser que l’itinérance 3G ne sera stoppée que dans les endroits où Free Mobile couvre ou couvrira avec son propre réseau. 
 
Au final, la proposition de l’ARCEP n’est autre qu’un accompagnement de la fin de l’itinérance, déjà initié par Orange et Free. L’important pour le gendarme des télécoms est de veiller à ce que les utilisateurs n’aient pas de coupure de service, tout en veillant à ce que l’itinérance prenne fin. C’est pourquoi il propose une fin progressive et non un arrêt brusque fin 2017. Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir du coté des abonnés à ce stade.