L’UFC-Que Choisir s’inquiète des conséquences pour le consommateur du mariage Orange-Bouygues

L’UFC-Que Choisir s’inquiète des conséquences pour le consommateur du mariage Orange-Bouygues

 
Suite à l’officialisation des discussions entre Orange et Bouygues Télécom, l’UFC-Que Choisir s’alerte des conséquences pour les consommateurs. « Pour la première fois depuis 2011, le marché de la téléphonie mobile serait caractérisé par seulement trois opérateurs, soit une configuration qui faisait de la France le pays où les prix des abonnements étaient 25 % plus élevés que la moyenne européenne et qui avait donné lieu à des pratiques sévèrement condamnées par le Conseil de la concurrence ! […]Les consommateurs se souviennent que suite à la condamnation de l’entente dans le domaine de la téléphonie mobile, il avait fallu attendre 7 ans pour que le marché soit redynamisé ! » rappelle l’association de consommateur. Cette dernière estime par ailleurs que « cette opération ferait disparaître l’acteur jouant depuis peu le rôle d’agitateur du marché »
 
Par ailleurs, l’’UFC-Que Choisir note que « cette opération de grande ampleur ne concernerait pas seulement Orange et Bouygues Telecom, mais également Free et SFR afin de bâtir un dossier de concentration potentiellement « concurrentiello-compatible ». Sont ainsi évoquées pêle-mêle des ventes de fréquences, d’antennes mobiles, de lignes de fibres optiques ou encore des cessions d’abonnés. Ces négociations, sinon en cours, au moins à venir, prennent donc nécessairement en compte une redistribution ponctuelle des parts de marché de ces entreprises. Dans ce cadre, il est primordial que les consommateurs soient assurés que ces discussions n’entraînent pas une entente sur les stratégies commerciales à venir des opérateurs. »
 
L’UFC Que Choisir annonce qu’elle compte faire entendre sa voix et demande donc aux Autorités que cette « concentration de grande ampleur du secteur des communications électroniques ne se fasse pas au détriment de l’intensité concurrentielle, propre à assurer aussi bien la continuité des investissements, gages d’un large accès au très haut débit, que des tarifs attractifs »