Montebourg réagit aux rumeurs de fusion Orange-Bouygues Télécom et retient la leçon du dossier SFR

Montebourg réagit aux rumeurs de fusion Orange-Bouygues Télécom et retient la leçon du dossier SFR

Invité, de Jean-Jacques Bourdin à l’antenne de RMC-BFM Tv, le ministre de l’Economie, du Redressement Productif et du Numerique a retenu la leçon du dossier SFR-Numericable-Bouygues Télécom.

Si en mars dernier, Arnaud Montebourg s’était exprimé publiquement sur les intentions de Vivendi sur le dossier SFR, et s’était attiré de nombreuses foudres estimant que le ministre avait influencé le cours de bourse des opérateurs par ses déclarations. L’Autorité des Marchés Financiers s’était même saisie du sujet. Ce matin le ministre a fait preuve de plus de réserve sur le dossier Bouygues-Orange : 

"Je n’ai pas d’information à vous donner, je ne peux pas le faire car ce sont des entreprises qui sont côtées. Il ne m’appartient pas de faire le moindre commentaire sur ce qui est vrai ou pas."
 
Le ministre souhaite néanmoins déclarer officiellement la position du gouvernement "qui se bat pour préserver un secteur qui est en ruine."
 
"L’arrivée de Free a permis de casser la rente des opérateurs. Free a servi la cause des consommateurs. Mais on ne peut pas continuer avec une concurrence échevelée avec les prix les plus bas du monde."
 
Pour lui, même avec un retour à trois opérateurs, Free continuera d’animer le marché : 
 
"L’acquis de la baisse des prix ne sera pas remis en cause, si Free reste là, il maintiendra sa concurrence agressive de baisse des prix, mais nous aurons les moyens d’investir dans la fibre."
 
Ne souhaitant pas se positionner sur le dossier Bouygues-Orange, Arnaud Montebourg se contente de rappeler qu’il existe des "discussions multiples" mais que le gouvernement "est favorable au retour à trois opérateurs."