L’association de défense de l’épargne des salariés de France Télécom répond à Univers Freebox… sans s’expliquer

L’association de défense de l’épargne des salariés de France Télécom répond à Univers Freebox… sans s’expliquer
 
Univers Freebox publiait ce matin un sujet à propos de l’association de défense de l’épargne des salariés de France Télécom, qui a voté contre le renouvellement du mandat de Xavier Niel comme administrateur d’Iliad, suite à l’article « Les salariés de France Télécom votent contre Xavier Niel », paru dans le magazine Challenges.
 
Cette information nous faisait dire que cette association jouait contre son camp puisqu’elle souhaitait sortir du Conseil d’Administration le fondateur de Free qui est le principal acteur des bons résultats de Free. 
 
 
L’association a donc répondu sur son site, en apportant une précision, « c’est notre association ADEAS qui détient les titres, et non le Plan d’Epargne Groupe des personnels de France Télécom-Orange, comme le croit Univers Freebox, dont l’analyse est de ce fait à côté de la plaque. »
 
L’ADEAS indique par ailleurs qu’elle participe aux assemblées générales d’actionnaires, pour défendre à la fois :
  • le respect des règles d’information et de consultation des différentes parties prenantes de l’entreprise,
  • l’intérêt des personnels actionnaires, attachés à la pérennité des entreprises dans lesquelles ils travaillent, et non à la spéculation financière de court terme.
Ces précisions ne vont évidemment pas à l’encontre de notre analyse, contrairement à ce que laisse entendre l’ADEAS, puisque le vote de l’association avait bien pour objectif de sortir Xavier Niel du Conseil d’administration (même si, bien évidemment, cela n’est pas possible etant donné sa part très minoritaire). Si cette action avait abouti, elle aurait bien sur été mal perçu par les investisseurs et aurait fait baisser le cours de l’action. Nous réaffirmons donc que cette action allait à l’encontre des intérêts des actionnaires de Free et donc « l’intérêt des personnels actionnaires » que l’ADEAS entend défendre. Nous notons cependant que c’est l’association qui détient les titres, et non le Plan d’Epargne Groupe des personnels de France Télécom-Orange, comme nous avions pu l’écrire dans notre précédent article.
 
Nous regrettons par ailleurs que le Président de l’association ait pris la plume pour nous répondre sur cette imprécision, sans se prononcer sur le fond, à savoir « Quelle est la justification de ce vote contre Xavier Niel ? » Nous notons donc que l’association ne contredit en rien notre analyse sur le fait qu’un vote contre Xavier Niel va à l’encontre des actionnaires d’Iliad, et donc des salariés actionnaires.