Free Mobile : une municipalité dit non à son projet 4G, un collectif remporte la partie pour le moment

Free Mobile : une municipalité dit non à son projet 4G, un collectif remporte la partie pour le moment

Direction Maubec où le maire a décidé de ne pas donner suite au projet d’implantation d’un site 4G de Free Mobile. Le collectif opposé à cette arrivée peut crier victoire pour le moment.

C’est devenu monnaie courante, les opérateurs doivent souvent faire face à la mobilisation citoyenne lors de l’implantation d’une antenne et se heurtent parfois au refus des municipalités. C’est le cas dans la commune de Maubec dans le département de l’Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le maire, Olivier Tisserand annoncera ce vendredi à l’opérateur mobile la décision de l’équipe municipale, à savoir leur refus de mettre à disposition le site voulu par Free Mobile pour y implanter son antenne 4G. “C’est un site historique, avec une motte castrale. De plus, il est inscrit au PLU en tant que parc communal. D’après l’étude, l’antenne de 30 mètres de haut se trouverait à 84 mètres de la première maison. L’équipe majoritaire ne mettra donc pas ce projet au vote du conseil municipal”, justifie l’élu dans les lignes de la Voix du Nord.

Opposé à cette implantation, le collectif créé pour faire front, remporte ainsi une première bataille. Le maire a rencontré plusieurs fois ses membres avant de prendre sa décision. Mais Free Mobile a visiblement assuré ses arrières en contactant des propriétaires privés. Si l’opérateur de Xavier Niel trouve un accord avec l’un d’entre eux, la commune ne pourra empêcher le projet de voir le jour. Mais le maire l’assure, Free Mobile ne serait pas contre l’idée de reprendre les études. L’objectif pour Olivier Tisserand est d’éloigner l’antenne le plus possible des habitations. Ce dernier reproche aujourd’hui à l’ancien maire de lui avoir laissé “un mauvais cadeau”. Pourtant l’opérateur a pris contact pour la première fois seulement 6 semaines avant les dernières élections municipales. Un délai bien trop court pour donner une décision, études obliges.

 

Source : Le Dauphiné Libéré