Réseau cuivre : Orange prévoit une baisse de plus d’un tiers de ses revenus d’ici 2023

Réseau cuivre : Orange prévoit une baisse de plus d’un tiers de ses revenus d’ici 2023

En trois ans, les revenus de dégroupage provenant du réseau cuivre d’Orange pourraient baisser de plus d’un tiers d’après l’opérateur historique.

L’abandon de l’ADSL au profit de la fibre va forcément affecter la rentabilité du réseau cuivre d’Orange. Si l’extinction est prévue d’ici 2030, l’opérateur prévoit une baisse de revenus de près de 500 millions d’euros en 2023 sur ses offres de gros, d’après les informations de la Tribune.

Une baisse qui fait grincer des dents l’opérateur, qui affirme investir environ la même somme chaque année dans l’entretien du réseau vieillissant. Toujours selon nos confrères, l’opérateur historique a généré 1.3 milliard d’euros de revenus via toutes ses offres de gros sur cette infrastructure, la majorité provenant du dégroupage. Cette baisse est attribuée notamment au fait que le réseau cuivre se vide progressivement : en 2019, la France comptait près de 19 millions de clients ADSL, contre près de 16 millions aujourd’hui. Le premier confinement ayant marqué l’appétit des français pour la fibre optique et au vu des objectifs de déploiement, cette tendance à la baisse se confirme inexorablement.

Orange veut augmenter le tarif de dégroupage, les opérateurs refusent en bloc

L’opérateur historique affirme avoir besoin de 300 millions d’euros supplémentaires pour investir dans la qualité de service sur son réseau cuivre, en augmentant les tarifs de dégroupage. Refusant de tout payer seul, il estime qu’une solution doit être trouvée de manière collective et faire contribuer ses concurrents à l’effort, en augmentant de 3€ le prix de location d’une ligne. Sans surprise, Free, Bouygues Telecom et SFR ne sont pas de cet avis. 

Stéphane Richard, avec un certain talent politique, mélange tous les sujets : le service universel,la qualité du réseau cuivre et le prix du dégroupage”, s’agace un dirigeant d’un grand opérateur. “Il veut faire un hold-up et braquer 300 millions d’euros à la concurrence alors que le cuivre est une rente absolue ! Aujourd’hui, ça génère 800 à 900 millions d’euros de cashflow pur à Orange, avec des tarifs qui sont beaucoup trop élevés !” explique-t-il dans les pages de la Tribune. Des propos proches de ceux de Xavier Niel, qui n’entend pas régler la note d’Orange qu’il impute notamment à un problème de management chez son concurrent.

Un plan d’action sera mis en place en mars concernant l’entretien du réseau cuivre. Plusieurs propositions ont été faites suite à une mission flash, et le gouvernement ainsi que l’Arcep les étudient avec attention. Le réseau vieillissant et les problèmes de qualité de services ont déjà poussé Bouygues Telecom à demander réparation auprès d’Orange.