Free Mobile : installer la 4G, c’est “faire n’importe quoi” sous couvert d’intérêt public pour certains riverains

Free Mobile : installer la 4G, c’est “faire n’importe quoi” sous couvert d’intérêt public pour certains riverains

Direction Quimper, où une association de riverains luttant depuis des années contre deux pylônes estiment que l’activation de l’un d’entre eux par Free Mobile équivaut à faire “n’importe quoi”.

L’intérêt public ne justifierait pas l’installation de la 4G dans leur commune. Tel est le discours de l’association Hent Keltied ar Frugy, s’opposant depuis plusieurs années à des pylônes installés sur le mont Frugy, dans le Finistère. Deux pylônes d’une hauteur respective de 9 mètres et 11 mètres sont installés dans l’allée des Celtes, proches d’habitations.

Jusque là, les pylônes n’étaient pas activés et l’un d’entre eux a bénéficié d’une intervention de la part de Free Mobile. En effet, de nouveaux équipements pour améliorer la couverture en 3G et 4G ont été installés cette semaine, alors que l’hypothèse d’un déplacement dans le secteur du vélodrome faisait parler d’elle.

L’intervention de mercredi était programmée ; le pylône a même été consolidé sur sa base” commentent le président de l’association Edouard Bensoussan et Claud Stalin, son secrétaire. L’opposition repose surtout sur les craintes concernant les rayonnements et l’exposition aux ondes, et pour ces riverains, il ne faut rien précipiter. “Tout le monde, aujourd’hui, a un portable. Mais sous couvert d’intérêt public, on fait n’importe quoi” pointent-ils. L’association envisage ainsi de faire réaliser des mesures par l’ANFR et s’appuyer sur l’agence régionale de santé afin de mesurer l’impact de ces nouveaux équipements.

Les riverains déplorent également l’absence de communication entre eux et les nouveaux élus locaux élus en 2020. “C’est un grand blanc depuis les élections” affirment-ils, en faisant un parallèle avec la prudence d’autres villes vis-à-vis des ondes, notamment de la 5G, en citant l’exemple de Grenoble, qui a ” contraint les opérateurs de téléphonie à limiter la diffusion de leurs ondes… Pourquoi, ici à Quimper, nous dit-on que ce n’est pas possible ? “. Rappelons cependant que, dans le cas de Grenoble, il s’agissait avant tout de retarder le déploiement de la 5G et que techniquement les opérateurs n’ont pas besoin d’autorisation pour déployer leurs équipements, mais souhaitent privilégier le dialogue avec les municipalités.

Source : Ouest France Quimper