Dans un contentieux de longue date autour du cuivre, SFR réclame 3 milliards d’euros à Orange

Dans un contentieux de longue date autour du cuivre, SFR réclame 3 milliards d’euros à Orange

Un vieux litige qui vaudrait trois milliards. C’est en effet le dédommagement financier réclamé par SFR à Orange pour concurrence déloyale dans le secteur du cuivre.

À l’heure de la fibre optique, SFR est loin d’en avoir fini avec le cuivre, au moins le temps de venir à bout d’un vieux contentieux. L’opérateur au carré rouge entend en effet faire payer Orange pour des pratiques anticoncurrentielles entre 2005 et 2015 qui l’auraient freiné dans son développement sur le marché professionnel et lui auraient coûté beaucoup d’argent. Lors d’une quatrième audience au tribunal de commerce de Paris qui s’est déroulée pendant trois heures jeudi dernier, les avocats des deux telcos ont déroulé leurs arguments. Le verdict est attendu le 22 février 2021. “Quand on les entend, on a vraiment l’impression d’être dans un monde parallèle”, a d’ailleurs ironisé l’avocat de l’opérateur historique.

Que reproche exactement SFR ?

SFR reproche à Orange d’avoir profité de son statut d’opérateur historique et rendu compliqué l’accès à la boucle local cuivre en gardant pour lui les informations techniques. Selon l’opérateur au carré rouge, l’opérateur historique empêchait ainsi la conquête de nouveaux clients et s’assurait une situation de monopole sur le marché très juteux des entreprises.

À la clé pour le groupe de Patrick Drahi, un manque à gagner certain. En prenant comme référence le marché grand public où il détient 21 %, il évoque sa part de marché de 7 % aujourd’hui, alors qu’elle pourrait plutôt flirter avec les 14 à 15 %. “La part de marché de SFR sur le segment des entreprises aurait dû être la même. La seule différence entre ces deux chiffres est liée aux pratiques d’Orange”, estime Patrick Hubert, avocat de SFR. L’opérateur au carré rouge souligne le manque à gagner en termes de chiffre d’affaires, à savoir 2,3 milliards d’euros. Un manque à gagner qui l’aurait par extension obligé à puiser dans ses propres ressources et contracter des dettes. D’où les 3 milliards de dédommagements réclamés aujourd’hui.

Que répond Orange ?

“Quand j’entends SFR dire qu’il n’avait pas accès aux informations techniques sur le bas du marché, c’est une plaisanterie totale”, a de son côté rétorqué Me Christophe Clarenc, avocat d’Orange, rappelant la participation de SFR à 251 appels d’offres sur la période. Et de s’interroger : “On aimerait bien savoir, du coup, comment SFR aurait pu être coupé du réseau d’Orange”. L’opérateur historique conteste par d’ailleurs les 75 % de part de marchés indiqués par son rival. L’agrume ne détiendrait que 30 à 40 % du marché entreprises. Et de souligner, à propos de la dette de SFR, qu’elle n’a pas servi à compenser le manque de concurrence. Les “4 milliards d’euros de dette en 2014” ont servi, selon Orange, “à Altice Europe de racheter SFR”.

Source : Les Echos