Free va pouvoir installer son antenne et permettre à certains de téléphoner

Free va pouvoir installer son antenne et permettre à certains de téléphoner

Des habitants refusaient l’implantation d’une antenne-relais Free. Ils avaient ainsi tenté plusieurs actions, y compris devant la justice. Cette dernière vient d’ailleurs de donner raison à l’opérateur.

La justice a tranché. Le tribunal administratif de Rennes a en effet rejeté le recours d’un collectif de riverains s’opposant à l’arrivée d’une antenne Free, donnant ainsi raison à l’opérateur de Xavier Niel. Le telco pourra donc bel et bien implanter son pylône à proximité du bourg de Saint-Cadou, à Sizun, commune du département du Finistère. Servant pour la 3G et la 4G, l’équipement de plus de 30 mètres sera plus précisément installé sur la colline du Menez Du.

Éviter les ondes pour certains, pouvoir téléphoner pour d’autres

Une partie des habitants, opposés au projet de Free, ont pour rappel tenté plusieurs actions symboliques, en plus du passage par la case judiciaire. Ils ont installé de fausses cabines téléphoniques dans les rues (fonctionnant en fait grâce à des lignes fixes) et effectué des prises de sang pour démontrer l’impact des ondes sur la santé. Au rang des griefs, on retrouvait notamment une non-prise en compte des électrosensibles qui allaient se retrouver privés de logement, un manque de communication s’illustrant par l’absence de consultation citoyenne et une atteinte à l’environnement. Les opposants revendiquaient notamment le choix et la “chance de vivre dans une zone blanche”, à l’écart “de la nocivité des ondes”. Autre façon de résumer l’opposition au projet : “C’est un choix de société qu’on refuse, dont l’antenne est le symbole”.

Une partie, car tous n’étaient pas contre cette antenne. 180 habitants du hameau de Saint-Cadou et des villages environnants ont en effet écrit une lettre au maire et au préfet de Bretagne en novembre dernier. Ils affichaient leur espoir de voir cette antenne 3G/4 sortir de terre pour ne plus être en zone blanche, pouvoir utiliser leur téléphone portable et se sentir plus en sécurité. “Les gens ne sont pas toujours en sécurité. Ils aimeraient pouvoir contacter les secours en cas de mauvaise chute”, plaidait de son côté la mairie en parlant des randonneurs parcourant la vallée de l’Elorn

Source : Ouest France