Free Mobile accusé de priver de logement des électrosensibles

Free Mobile accusé de priver de logement des électrosensibles

Non-prise en compte des électrosensibles, manque de communication, atteinte à l’environnement. Des riverains ne voient visiblement pas d’un bon oeil l’arrivée d’une antenne-relais de Free.

Ce dimanche 27 septembre, quelque cinquante personnes s’étaient réunies sur la colline du Menez Du, à proximité du bourg de Saint-Cadou, à Sizun, dans le département du Finistère. Ils affichaient leur protestation face à l’installation d’une antenne-relais de Free. Les travaux doivent débuter le 12 novembre, soit dans moins de deux mois, et se traduire par un pylône de 35 mètres de haut.

Classiquement, l’exposition aux ondes est pointée du doigt. Les opposants affichent d’ailleurs des exigences à ce sujet .“Nous sommes contre un projet d’antenne à moins d’un kilomètre des habitations”, indiquent-ils en effet. Et de dénoncer : “À force de mettre ces relais partout, les personnes électrosensibles ne pourront plus se loger”.

Les opposants dénoncent en outre le manque de communication en amont et une fermeture au dialogue de la part de l’équipe municipale en place. “On regrette que la mairie n’ait pas réalisé une consultation citoyenne avant de valider ce projet”, déplore en effet l’une des riveraines. Il y a également un volet écologique, avec la suppression de quatre hectares de forêt.

Précédemment, les opposants revendiquaient le choix et la “chance de vivre dans une zone blanche”, à l’écart “de la nocivité des ondes”. Pour prouver cette dernière, des prises de sang avaient même été réalisées, pour comparer avant et après l’installation de l’antenne. “Je suis contre les antennes téléphoniques où qu’elles soient”, indiquait même une éleveuse de brebis. En alternative, des cabines téléphoniques avaient d’ailleurs installées.

Source : Ouest France