Focus sur les performances photo des smartphones de la boutique Free Mobile

Focus sur les performances photo des smartphones de la boutique Free Mobile

Avec le petit dico des technologies utilisées par Free ou par les appareils vendus chez l’opérateur, c’est l’occasion d’approfondir vos connaissances du monde des télécoms et, par extension, des nouvelles technologies. Aujourd’hui, parlons des smartphones disponibles dans la boutique Free Mobile et plus précisément de leurs capteurs photo.

Vous l’avez sans doute remarqué. Ces derniers temps, les capteurs photo ont tendance à pousser comme des champignons sur les smartphones. Au dos, il n’est désormais pas rare d’en dénombrer trois ou quatre, organisés en ligne, en carré ou en L, avec une protubérance plus ou moins prononcée. On peut même en trouver cinq dans le cas du Nokia 9 PureView. À l’avant, on peut en avoir un ou deux, installés dans une bordure, une encoche, un poinçon ou une partie rétractable de la tranche supérieure. Voire trois, comme dans le cas de l’Asus Zenfone 7 Pro avec son bloc photo rotatif utilisable à l’avant comme à l’arrière. Mais à quoi sert tout ce beau monde, au fait ?

L’utilité de ces capteurs

À un capteur principal pouvant aller aujourd’hui jusqu’à 48 Mégapixels sur certains modèles d’entrée de gamme comme l’Alcatel 3L 2020 et jusqu’à 108 Mégapixels sur des modèles haut de gamme tels le Samsung Galaxy Note20 Ultra s’ajoutent des modules supplémentaires. Ces derniers servent pour l’ultra-angle (plan élargi), le zoom optique, la macrophotographie (plan rapproché pour des sujets de petite taille) ou les informations de profondeur du mode portrait (avec du flou d’arrière-plan, le fameux effet Bokeh).

L’intelligence artificielle peut venir épauler ces capteurs pour embellir les clichés. Citons par exemple le mode nuit (pour les conditions de basse luminosité) ou la détection de scènes (pour une verdure plus verte, un ciel plus bleu ou un fruit à la couleur plus vive). Une IA dont les performances reposent sur le matériel. D’où de meilleurs résultats sur les smartphones haut de gamme.

Le nombre de capteurs et les Mégapixels ne font pas tout

Si un grand nombre de capteurs suggère une certaine polyvalence au niveau des clichés, ça n’est pas toujours le cas, avec des capteurs à l’utilité parfois discutable, surtout lorsqu’il s’agit de capteurs 2 Mégapixels. Certains constructeurs de smartphones n’hésitent en effet pas à multiplier les capteurs pour gonfler la fiche technique, mais sans réel intérêt à l’usage. Cela s’observe en particulier sur les modèles à petit prix.

De même que l’avalanche de pixels mise en avant dans les fiches techniques n’assure en rien la qualité des clichés à l’arrivée. Un 48 Mégapixels sur un petit smartphone ne rendra pas la même chose qu’un 12 Mégapixels bien exploité sur un modèle haut de gamme comme le récent iPhone 12. Dans la qualité des clichés, il y a d’autres aspects à prendre en compte dont le respect des couleurs. Cela saute parfois aux yeux en comparant la photo et la réalité ou en basculant entre les différents capteurs.

Voir par soi-même

Moralité de l’histoire : ne faites pas aveuglément confiance à une fiche technique. La meilleure chose à faire pour savoir à quoi s’en tenir et éviter la déception, c’est de tester par soi-même en magasin ou avec le modèle d’un proche. Consulter les tests réalisés par la presse spécialisée permet également de se faire une idée des performances photo à attendre du smartphone qui vous fait de l’oeil. Une chose est sûre, vous ne prendrez pas de grands risques en allant vers les Galaxy Note ou Galaxy S chez Samsung, les P ou Mate chez Huawei et les iPhone chez Apple.

Il faut toutefois garder une chose à l’esprit, surtout si vous comptez immortaliser un événement tel qu’un mariage : aussi performants soient désormais les capteurs photo sur mobile, ils n’offrent pas les performances d’un bon reflex. Cela s’explique notamment par l’impossibilité d’y installer les gros capteurs permettant de capter un maximum de lumière.