Là où il n’y a pas encore la 4G, “autant passer directement à la 5G”, plaide le gouvernement

Là où il n’y a pas encore la 4G, “autant passer directement à la 5G”, plaide le gouvernement

Alors que la 5G pointe le bout de son nez, certains professionnels restent privés de la 4G. Pour eux, autant passer directement à la 5G, plaide le secrétaire d’État chargé de la ruralité.

Devant permettre dans un premier temps d’éviter la saturation des réseaux et dans un second temps de pousser de nouveaux usages comme la ville intelligente, la télémédecine ou la voiture autonome, la 5G est sur toutes les lèvres. Les opérateurs télécoms préparent son lancement pour la fin de l’année et les forfaits mobiles associés commencent même à se montrer, pendant que le débat se poursuit autour de ses impacts sur la santé, la société et l’environnement. Or, la 4G n’est toujours pas une réalité dans certaines zones du territoire, malgré les efforts en ce sens de la part des opérateurs dans le cadre du New Deal Mobile de janvier 2018.

Invité des “Grandes Gueules”, sur RMC, Joël Giraud propose ainsi de sauter une étape. “La ruralité a besoin que l’on continue à développer la 4G. On a mis 500 millions d’euros en plus sur le plan de relance pour que certains territoires continuent de progresser. Mais certaines entreprises en milieu rural ont besoin de grosse capacité et n’ont rien du tout. Alors, autant passer directement à la 5G”, a en effet plaidé le secrétaire d’État chargé de la ruralité. Joël Giraud prend comme exemple les pistes de ski où la couverture n’est pas optimale, mais pourtant nécessaire à certains professionnels comme “les offices de tourisme, les agents immobiliers, les constructeurs ou encore les loueurs de voitures”.

Reste maintenant qu’avec la bande de fréquences utilisée, celle des 3,4‑3,8 GHz, la 5G laisse envisager de meilleurs débits, mais une couverture moindre par rapport à la 4G, ce qui implique plus d’antennes pour une couverture équivalente. Se pose également la question du coût pour les usagers. Il faudra en effet se doter d’un forfait 5G et d’un smartphone compatible, ce qui implique donc un surcoût.

Source : RMC