Comparatif Orange, Free, Bouygues, SFR : combien de fréquences 5G pour quel nombre d’abonnés ?

Comparatif Orange, Free, Bouygues, SFR : combien de fréquences 5G pour quel nombre d’abonnés ?

Les enchères 5G ont pris fin hier, et chaque opérateur connaît donc la largeur exacte de spectre qu’il pourra utiliser pour la nouvelle génération de téléphonie mobile. Mais quelle logique régit la quantité de blocs par rapport au nombre d’abonnés de chaque opérateur ?

Le gong a sonné pour le premier round de la 5G. Orange, Free, Bouygues et SFR ont ainsi obtenu un certain nombre de blocs de 10 MHz, auxquels s’ajoutent 50 MHz achetés au préalables à prix fixe. On désigne Orange comme le grand gagnant, puisqu’il a acquis le plus de fréquences, mais le rapport est-il si déséquilibré entre les opérateurs ?

En effet, la logique veut que plus un telco compte d’abonnés, plus il aura besoin de bandes-fréquences pour permettre une bonne qualité de service. Et en ayant cette donnée en tête, le nombre de blocs obtenus par chaque opérateur est assez cohérent. Pour plus de clarté, voici un tableau comparatif du spectre total obtenu dans la bande 3.5 GHz par rapport au nombre total d’abonnés de chaque opérateur.

  Orange Free SFR Bouygues Telecom

Largeur de spectre total

90 MHz 70 MHz 80 MHz 70 MHz

Nombre d’abonnés

(en millions)

en date du 30 juin 2020

19,417 13,406 14,578 11,161
Ratio Hertz disponibles/nombre d’abonnés 0.0046 Hz 0.0052 Hz 0.0055 Hz 0.0063 Hz

En somme, la largeur de spectre de chaque opérateur correspond à sa part de marché sur le segment mobile. Une certaine logique donc, même si Orange et Bouygues ont été les seuls a avoir revu leurs positions à la fin des enchères 5G, ce dernier ayant été au coude à coude avec SFR durant les deux premières journées alors qu’Orange réclamait 50MHz au départ. Cependant et de manière théorique Orange sera l’opérateur proposera le moins de bande-passante théorique max par utilisateur. A ce jeu la, en prenant en compte le ratio nombre d’abonnés/Hertz, Bouygues sera premier, devant SFR et Free sur la bande passante.

Mais les enchères ne sont pas tout à fait finies. Une deuxième phase est prévue : celle qui déterminera le positionnement de chaque opérateur sur la bande 3.5 GHz. Un positionnement proche de l’extrémité du spectre peut entraîner des interférences et gêner la qualité du réseau mobile déployé, autant dire que les opérateurs devront une fois plus jouer des coudes. L’attribution définitive des fréquences se fera fin octobre début novembre, pour une commercialisation à la fin de l’année.