Le PDG d’Orange appelle l’Etat à “purger” le débat sur la 5G, pour éviter de “se battre pylône par pylône”

Le PDG d’Orange appelle l’Etat à “purger” le débat sur la 5G, pour éviter de “se battre pylône par pylône”

Le débat sur la 5G doit être “purgé” d’après Stéphane Richard, PDG de l’opérateur historique.

Face à la mer verte des municipales, le patron d’Orange monte au créneau. Devant la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, il appelle ainsi le Gouvernement à “trancher sur la question” rapidement.

Je constate qu’il y a un certain nombre de majorités municipales élues cette semaine qui ont des propos réservés, voire carrément négatifs sur la 5G” a-t-il déclaré jeudi dernier devant les députés. De grosses municipalités comme Bordeaux ou Strasbourg ont élu des candidats écologistes à leur tête et dans d’autres villes comme Nantes, la question d’un moratoire sur la nouvelle génération de téléphonie mobile est évoquée.

Et les maires peuvent, sans totalement l’empêcher, fortement ralentir le déploiement en publiant arrêté sur arrêté pour s’opposer aux chantiers, ce que craint justement Stéphane Richard. ” On ne va pas déployer la 5G en se disant que ça va être l’Afghanistan de la téléphonie mobile, où il faudra se battre pylône par pylône, commune par commune pour essayer de mettre la 5G, c’est ridicule ” estime-t-il. ” On est là pour apporter une technologie pour le bien de la population, on n’est pas là pour imposer des choses dont la population ne voudrait pas” continue le patron de l’opérateur historique, refusant de combattre les collectivités locales.

L’opérateur historique demande ainsi au Gouvernement de prendre une position ferme, alors que celui-ci est tiraillé en son sein à ce sujet, deux ministres ayant déjà demandé à Edouard Philippe un moratoire sur la 5G. Il rappelle d’ailleurs la nécessité de la 5G pour éviter la saturation de la 4G et pour s’adapter aux nouveaux usages. Les enchères auront lieu fin septembre pour les fréquences utilisées par les opérateurs, Stéphane Richard estime que “ça serait bien de savoir si et quand on va pouvoir s’en servir”. La commercialisation est quant à elle prévue pour la fin de l’année. 

Source : AFP