Orange : sans 5G, de “vrais problèmes” à l’horizon sur la 4G

Orange : sans 5G, de “vrais problèmes” à l’horizon sur la 4G

Stéphane Richard, le patron d’Orange est favorable au lancement rapide de la 5G, notamment pour désencombrer les réseaux 4G.

La nouvelle génération de téléphonie mobile est sur toutes les lèvres en ce moment. Alors que deux ministres proposent un moratoire pour le lancement de la 5G et que l’opinion publique est divisée, le patron d’Orange monte au créneau pour expliciter le besoin de la 5G pour les réseaux mobiles.

La 4G a suffi” pendant le confinement, pourquoi donc se préoccuper de la 5G ? C’est à cette question de David Pujadas, sur LCI que le président d’Orange s’est attelé à répondre. Pour lui, cet état d’esprit peut rapidement mener à de gros problèmes sur le réseau 4G. S’il estime que la résistance des réseaux pendant la crise est une bonne chose et qu’il faut s’en féliciter, il pointe du doigt la tendance actuelle au niveau de la consommation de données. ” On fait face à des augmentations de volumes de l’ordre de 40 à 50 % chaque année ” indique Stéphane Richard.

Il affirme ainsi “que si on ne fait rien aujourd’hui, dans deux, trois ans maximum, on commencera à avoir des vrais problèmes de congestion sur le réseau 4G “. Car la 5G doit justement apporter une plus grande capacité aux réseaux mobiles. Le lancement de la nouvelle génération de téléphonie mobile permettra ainsi une désaturation des réseaux 4G. La 5G, dans sa première version, aka la 5G non standalone ne sera pas autonome, elle consistera à apporter de la capacité dont les opérateurs ont besoin immédiatement. ” Il faut répondre à la croissance exponentielle de notre consommation de data. On va ajouter des fréquences qui vont s’agréger à celles de la 4G. Mais, la 5G non standalone va fonctionner avec un cœur de réseau 4G” expliquait Bouygues Telecom en 2019. Celui-ci a notamment martelé que la différence ne se fera pas ressentir pour les utilisateurs avant 2023, mais ces derniers ne sont pas les seuls concernés par son lancement en fin d’année. La nouvelle génération de téléphonie mobile est également nécessaire pour développer ” beaucoup de nouveaux usages notamment dans le monde de l’entreprise, des objets connectés, de la voiture connectée et beaucoup d’autres choses” explique le PDG. 

Et ” pour cette seule raison capacitaire “, il est nécessaire d’après Stéphane Richard de passer à la 5G en France. Il est cependant conscient du débat que la technologie suscite, et estime nécessaire d’y “répondre de façon objective et il y a des enquêtes qui vont être faites, qui sont déjà faites” explique-t-il. L’étude de l’Anses est notamment très attendue, au coeur de la proposition de report du lancement de la 5G fait par les ministres de la Santé et de l’Écologie. L’opérateur historique avait déjà affirmé sa confiance concernant l’arrivée de la 5G en France, clamant haut et fort qu’il sera parmi les premiers en France sur cette nouvelle technologie.