Débat sur la 5G au sein du Gouvernement, deux ministres demandent un report

Débat sur la 5G au sein du Gouvernement, deux ministres demandent un report

Le ministre de la Santé Olivier Véran et la ministre de l’Écologie Elisabeth Borne demandent un moratoire sur la 5G, alors que l’État semblait vouloir la lancer rapidement.

Plusieurs sons de cloches résonnent au sein du gouvernement autour de la 5G. Alors que la demande d’un report des enchères 5G de la part de Bouygues Telecom avait été rejeté par l’État, ce sont désormais deux ministres qui demandent à Matignon d’attendre avant de lancer la nouvelle génération de téléphonie mobile. 

Dans une interview pour le Journal Du Dimanche, Elisabeth Borne explique qu’elle, ainsi qu’Olivier Véran le ministre de la Santé, ont écrit à Edouard Philippe pour lui demander “d’attendre l’évaluation de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) avant le déploiement de la 5G“. En effet, l’agence veut analyser plus en profondeur les risques liés aux ondes, tant sur le climat que sur la santé. Cependant, les premiers résultats de cette analyse pourraient repousser le lancement de la nouvelle technologie à l’année prochaine.

Une demande qui étonne, venant de deux membres du Gouvernement. On se souvient en effet des dire de la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier Runacher, qui considérait le lancement rapide de la 5G comme une évidence. Elle préconisait d’ailleurs de faire attentionà ne pas prendre du retard (sur la 5G) et à ne pas se retrouver dans la situation qu’on a déjà vécue plusieurs fois en France où on va être plus intelligents que tout le monde et à la fin on est surtout en retard sur le reste de la compétition”.Une sorte de feu vert pour l’Arcep également qui a ainsi pu annoncer la tenue des enchères pour les fréquences en septembre prochain.

Si le débat entre les opérateurs, avec notamment Orange et Free qui étaient pour un lancement rapide en opposition face à Bouygues et SFR est logique, tout comme celui qui a lieu dans la société comme par exemple des militants écologistes qui attaquent en justice les opérateurs, cette discordance entre les membres d’un même gouvernement peut surprendre. Et si la 5G ne met pas chaque membre de l’exécutif d’accord, difficile de l’imaginer faire l’unanimité lors de sa commercialisation, prévue pour la fin de l’année et alors que Bouygues Telecom, par exemple, commence déjà à l’intégrer dans ses offres.

Source : via Ariase