SFR appelle “à aller plus loin sans tabou dans le déploiement de la fibre et de la 4G” en France

SFR appelle “à aller plus loin sans tabou dans le déploiement de la fibre et de la 4G” en France

Chaque opérateur veut tirer la leçon du confinement, selon SFR il faut remettre sur la table le question de l’aménagement numérique en France.

L’épidémie de Coronavirus a challengé le monde des télécoms, tant sur la résistance des réseaux qu’au niveau du déploiement de ces derniers. Gregory Rabuel, Directeur Général de SFR, estime qu’il est temps “d’envisager le déploiement des infrastructures au global : fibre, 4G et 5G“.

Plusieurs questionnements ont émergé de la crise sanitaire pour les opérateurs et les acteurs du milieu des télécoms. L’accès au haut débit notamment, dans les zones rurales ou l’arrivée de la 5G mettent en exergue de nouveaux défis pour les telcos et il est temps, d’après SFR, de repenser l’aménagement numérique en France.

Une idée qui n’est pas sans certaines difficultés, alors que “pas moins de cinq ministres et secrétaires d’état interviennent dans les dossiers télécoms et le numérique” explique Grégory Rabuel. Il explicite son avis au Figaro :” Il faut que nous puissions aller plus loin, sans tabou dans le déploiement de la fibre et de la 4G sur tout le territoire. ” Ne plus segmenter le déploiement et raisonner “sur la base d’une équation globale, et non chaque chantier séparément : fibre 4G dans les zones rurales et 5G“, telle est l’idée de l’opérateur au carré rouge.

Alors que les regards sont en ce moment portés sur la 5G, notamment avec la demande de Bouygues Telecom de reporter les enchères, la priorité n’est pas là pour SFR. Il estime en effet que le besoin pour la nouvelle génération de téléphonie Mobile ne se fait pas encore ressentir, “même si SFR est prêt” précise Gregory Rabuel. “D’abord la fibre et la 4G“, assène-t-il, tout en évoquant cependant quelques pistes de réflexions pour la mise en place de la nouvelle génération de téléphonie mobile. “Repenser le coût des fréquences pourrait, par exemple, permettre à la France d’avoir des opérateurs agiles, ambitieux, qui investissent massivement dans les infrastructures télécoms. Ce sont elles qui vont donner plus de compétitivité aux entreprises du pays. Il faut repenser l’ambition numérique de la France. “. Il reste à voir si cet appel du pied sera entendu par les acteurs du milieu.