Focus sur le déploiement des réseaux mobiles en France et l’avancée du New Deal

Focus sur le déploiement des réseaux mobiles en France et l’avancée du New Deal

L’Arcep, le gendarme des télécoms en France, a mis à jour ses données et publié son rapport concernant le déploiement des réseaux mobiles sur le territoire en 2019.

“Le New Deal mobile a déjà apporté des améliorations concrètes aux citoyens : dans les zones rurales, la 4G se généralise et le débit internet a doublé en moyenne depuis un an”, tel est le bilan de l’Arcep.

Selon les dernières données fournies par le site monreseaumobile.fr, Orange Bouygues et SFR couvraient 99 % de la population en 4G au 31 décembre 2019. Free, lui, atteignait les 96 %. En couverture du territoire, les opérateurs se situent entre 80 % pour Free, entre 84 et 88 % pour Orange, Bouygues et SFR. L’opérateur de Xavier Niel apparaît ainsi dernier, mais continue de rattraper son retard et n’est plus qu’à quelques points seulement de ses concurrents. Rappelons qu’au troisième trimestre 2019, sa couverture du territoire atteignait les 77 %.

Concernant la 3G, Orange Bouygues et SFR ont une couverture supérieure à 99 % de la population, tandis que Free atteint les 98 %. En couverture du territoire, Orange Bouygues et SFR ne sont pas très éloignés, avec un taux qui oscille entre 93 et 97 %. Free est dernière avec 83 %. Pour sa 3G, Free a d’ailleurs prolongé le contrat d’itinérance avec Orange et fait évoluer cette itinérance grâce au réseau 208.16.

Dans le cadre du New Deal annoncé en 2018, les opérateurs s’étaient engagés à migrer leurs sites en 4G, afin de proposer le très haut débit mobile sur la quasi-totalité des sites mobiles existants d’ici fin 2020. Chez Bouygues Telecom et Free, 87 % des sites déployés étaient équipés en 4G au 31 décembre 2019. Orange et SFR n’étaient pas très loin derrière, avec 86 et 85 %. Dans le cadre du New Deal, il s’agissait également de répondre aux besoins de couverture identifiés par les collectivités. Près de 1 300 zones ont été identifiées à fin 2019. L’objectif est d’avoir couvert 485 d’entre elles en services voix, SMS et 4G d’ici le 27 juin 2020. “De nombreux sites sont actuellement en construction (une étape précédée par la recherche du terrain, l’obtention des autorisations, les études techniques) et le nombre de mises en service devrait augmenter dans les prochains mois”, souligne le rapport de l’Arcep. Selon le régulateur, il faudra donc attendre pour ressentir concrètement l’effet du dispositif de couverture ciblée.

 

Le New Deal prévoit par ailleurs une amélioration des débits Internet mobiles. En 2019, le débit descendant moyen en France Métropolitaine atteignait les 45 Mbit/s. Dans le détail, l’Arcep note une progression de + 44 % en zone dense, + 44 % en zone intermédiaire et + 100 % en zone rurale. En zone rurale, le débit moyen a donc doublé.

Et pour 2020 ?

Selon Michel Combot, Directeur Général de la FFT (Fédération Française des Telecoms), cité dans le rapport, il faut s’attendre à une année 2020 dans la continuité de l’année 2019, avec des opérateurs qui continueront à déployer la 4G dans les zones peu ou mal couvertes et à mutualiser leurs efforts dans les zones blanches. “Les opérateurs s’inscriront dans le processus défini au démarrage du New Deal avec la définition de 800 sites à construire pour l’année, en contribuant aux rouages de ce processus avec la production d’études radio sur les points d’intérêts à couvrir définis par les équipes-projets locales, indique-t-il.

D’après lui, l’année 2020 permettra par ailleurs de voir si les opérateurs ont tenu leurs engagements, à savoir “la généralisation de la 4G sur l’ensemble de leurs sites existants et sur 75 % des sites en zone blanche fin 2020, la mise en service des 600 sites du DCC (NDLR : Dispositif de Couverture Ciblée) 2 ans après les 2 arrêtés de juillet et décembre 2018, ainsi que la couverture en 4G des axes routiers prioritaires également fin 2020”.