[MàJ] Les enchères pour la 5G en France reportées à cause de l’épidémie de COVID-19

[MàJ] Les enchères pour la 5G en France reportées à cause de l’épidémie de COVID-19

[MàJ] L’Arcep a cependant nuancé sa position en précisant “ Le Collège se réunira probablement jeudi, au lieu de mardi et statuera, a ensuite complété l’Autorité. Compte tenu du délai de prévenance des opérateurs, cela décalera les enchères mais nous ne savons pas encore de combien de temps.”. Sébastien Soriano, Président de l’Arcep, a quant à lui démenti l’information sur son compte Twitter.

Elles devaient se tenir en avril prochain, mais face à la crise sanitaire actuelle, les enchères seront reportées à une date encore indéfinie.

Une nouvelle victime pour le Coronavirus, et de taille : la 5G voit son arrivée en France retardée par la crise sanitaire. Les enchères au cours desquelles les opérateurs devaient obtenir les blocs de fréquences pour la nouvelle génération de téléphonie mobile sont repoussées par l’Arcep.

Nous ne serons pas en mesure de maintenir les enchères” annonce l’Arcep

C’est dans les pages des Echos qu’on apprend la nouvelle : le gendarme des télécoms repousse les enchères à une date qui reste à déterminer pour l’instant. L’Arcep annonce qu’ils vont “étudier différents scénarios de reports pour être prêts le moment venu. Mais compte tenu des mesures de confinement actuelles, nous ne saurons pas les organiser mi-avril”.

 

Car c’était bien le plan initial, après le dépôt de dossier de la part des quatre opérateurs Français le mois dernier. Après étude du dossier, une première attribution d’un bloc de 50 MHz pour chaque opérateur devait être effectuée, puis une deuxième session, mettant aux enchères onze blocs de 10 MHz devait se tenir en avril prochain, pour un lancement commercial de la 5G cet été.

La commercialisation des offres cet été paraît donc bien peu probable, avec ce report à une date qui n’a pas encore été définie par le gendarme des télécoms. L’épidémie de Coronavirus aura donc eu une autre conséquence imprévue : le retard de l’arrivée de la nouvelle génération de téléphonie mobile en France.