SFR : “nous avons arrêté de maltraiter nos abonnés”, cap à nouveau sur la convergence télécoms-médias

SFR : “nous avons arrêté de maltraiter nos abonnés”, cap à nouveau sur la convergence télécoms-médias

Après avoir relancé la machine à recruter, Alain Weill a des idées derrière la tête pour SFR. L’opérateur déploie son réseau très haut débit pour optimiser la distribution des médias d’Altice, notamment des chaînes BFM qui vont pulluler en régions.

Après plusieurs années compliquées voire cauchemardesques entre perte d’abonnés, plan de départ volontaire, baisse de la rentabilité et réorganisation de sa tête, SFR a amorcé sa reconquête commerciale en 2018 bien que la croissance soit de retour seulement depuis le deuxième trimestre 2019. La filiale d’Altice enchaînent les performances solides notamment en matière de recrutement sur le mobile quand sur le fixe il continue d’engranger des abonnés. Côté finance, l’opérateur au carré rouge a enregistré une croissance positive de ses revenus de + 7,2% en glissement annuel au troisième trimestre, tirée largement par son activité Média (+5,2%). Les voyants sont donc au vert avant la publication de ses résultats annuels et pour le quatrième trimestre, prévue le 24 mars prochain. 

Le directeur général de SFR, Grégory Rabuel n’en démord pas dans les lignes de Challenges : ” Nous avons arrêté de maltraiter nos clients » bien que l’opérateur reste derrière ses concurrents en matière de satisfaction client, en attestent diverses études comme par exemple un récent sondage publié par l’Arcep et réalisé par Médiamétrie ou encore une enquête de 60 millions de consommateurs.

SFR et sa stratégie de convergence média-télécoms

En progression malgré tout, SFR compte accélérer en 2020, révèle pour sa part Alain Weill patron de la maison-mère Altice Europe et cela passera par un retour en force à une stratégie de convergence, revue et corrigée. Partant du postulat que l’opérateur est “en avance dans le déploiement de notre réseau très haut débit fixe “ avec 2,5 milliards d’euros investis par an, le PDG souhaite mêler les infrastructures du groupe et les contenus du réseau de chaînes BFM en plein développement dans l’hexagone et les radios (RMC, etc) «  Avec la qualité du réseau, la première motivation d’un abonné télécoms, ce sont les contenus », ajoute t-il. Souvent présent en régions au contact des collectivités territoriales pour accélérer le déploiement de la fibre, Alain Weill ne perd pas de vue la vision de Patrick Drahi à savoir avoir la même part de marché dans les télécoms et dans les médias. Pour ce faire « nous construisons finalement les autoroutes de l’information » estime t-il.

Cette nécessité pour SFR de rapprocher les deux pôles médias et télécoms, intervient également à l’heure où future loi sur l’audiovisuel permettra la publicité adressée. Un abonné SFR verra prochainement, probablement dès la rentrée prochaine, des spots sur-mesure lorsqu’il regardera les chaînes BFM ou RMC Story etc.

La convergence selon SFR est par conséquent en train de prendre un nouveau virage. En 2018, le PDG d’Orange martelait que celle-ci avait du plomb dans l’aile : “La chaîne sport de SFR va être limitée en termes de contenus. Enfin, on n’entend plus parler de la chaîne cinéma Altice Studio. La grande stratégie de convergence d’Altice a du plomb dans l’aile. De plus, ils ont décidé de constituer un groupe de médias gratuit, qui n’entre pas du tout dans cette approche ». Aujourd’hui, le groupe de Patrick Drahi décide donc de miser sur les télécoms et l’information. Altice prévoit une dizaine de déclinaisons de BFM d’ici 2021 dans les grandes villes. 

 

Source : Challenges (version papier)