Les livraisons de câbles à fibre optique chutent de 20% au troisième trimestre en France, la filière s’inquiète

Les livraisons de câbles à fibre optique chutent de 20% au troisième trimestre en France, la filière s’inquiète

A l’heure où le besoin en fibre optique augmente en France avec un pic annuel de 23 millions de km de 2019 à 2022, l’indicateur industriel de déploiement du Très Haut Débit du SYCABEL enregistre au 3ème trimestre de 2019, une baisse de l’ordre de 20 % des livraisons de câbles à fibre optique. Une première depuis 2011.

Ce brutal ralentissement “soulève les inquiétudes de la filière “tant au niveau de la gestion industrielle que de la pérennité des investissements réalisés en France dans le secteur”, révèle le syndicat professionnel regroupant dans l’hexagone la quasi-totalité des fabricants de fibres optiques ( Nexans, Acome etc).. Pourtant, environ 17 millions de km de câbles en fibre optique ont été commercialisés en France en 2018, en hausse de 32% par rapport à l’année précédente, la filière était alors portée par l’accélération du Plan France Très haut débit. 

Pour le SYCABEL, la raison du blocage constaté au troisième trimestre au niveau des livraisons, est on ne peut plus claire : la concurrence chinoise et sud-coréenne ont provoqué une explosion des importations, lesquelles représentent actuellement “45% de la production de câbles à fibre optique du Sycabel, alors qu’il était de 13% en 2017 et 23% en 2018 “, fait savoir la direction du syndicat dans les lignes de La Tribune.

En 2018, le marché mondial de fibre a été évalué à 500 Millions de km. “La Chine, à elle seule, représente 60% de cette demande. Au premier trimestre 2018, China Mobile a consommé à elle seule 120 millions de km de fibre. A ce niveau on ne peut pas parler de pénurie mais de tension au niveau de la fabrication. Il y a donc des pays, voire des continents, qui absorbent à eux seuls la production des câbliers”, nous avait indiqué l’année dernière, Alain Brun, directeur de la technologie pour l’Europe de l’équipementier coréen DASAN Network dont la filiale française importe des câbles de fibre optique pour les RIP. “La Chine a pour elle-même un besoin annuel dépassant largement sa production. Elle s’approvisionne donc sur le marché international (notamment en Corée) et revend à l’export à un prix dérisoire une part de sa production dégradée (Généralement vers l’Afrique dans le cadre de marchés globaux). C’est un vrai risque qualitatif”, avait-il ajouté.

Du côté de certains fabricants français, c’est une période noire. Chez Acome, la production a été divisée par deux en un an et des usines pourraient fermer d’ici fin 2019.

De manière générale, la filière doute aujourd’hui de la qualité des câbles de fibre optique provenant de certains pays étrangers dont le cahier des charges est moins stricte qu’en France avec pour risque à terme, un réseau FTTH de moins bonne facture dans certains territoires français, moins performants et davantage assujettis aux pannes. Le SYCABEL demande la mise en place d’un dispositif de contrôle.

 

Source : La Tribune