SFR envisage d’augmenter ses tarifs

SFR envisage d’augmenter ses tarifs

SFR a réalisé un bon troisième trimestre 2019 et avec le retour de la croissance depuis le trimestre précédent, l’opérateur se pose la question maintenant de l’augmentation de ses tarifs.

L’été fut bon chez l’opérateur au carré rouge, qui a gagné des abonnés tant sur le mobile que sur le fixe et dont le chiffre d’affaire a encore augmenté sur le mobile. Le fondateur d’Altice, la maison-mère de SFR, Patrick Drahi se pose dorénavant la question : devrait-il augmenter les tarifs de l’opérateur ? Lors d’une conférence téléphonique avec les analystes financiers, celui-ci affirme « En termes de revenus par abonné, cependant, il y a encore de la marge, car nous sommes moins chers qu’Orange, mais je ne vois pas pourquoi cela devrait rester le cas dans le futur  ».

Une déclaration qui laisserait ainsi présager d’une hausse du prix des offres de l’opérateur, surtout dans cette période où la tendance est à l’augmentation. C’est en tout cas ce qu’affirment plusieurs analystes, au regard des changements qu’ont subit les offres mobiles. Ces derniers mois, les trois opérateurs alternatifs ont augmenté le prix de leurs forfaits mobile : Free a depuis quelques semaines fixé le tarif de son forfait intermédiaire à 9.99€ contre 8.99€ auparavant, après une hausse de tarif chez Bouygues Telecom et SFR également. Une hausse qui s’explique entre autres par l’arrivée de gros investissements pour déployer la 5G, qui sera un facteur décisif pour la survie de chaque opérateur sur le long terme. Alain Weil, le PDG de l’opérateur, avait d’ailleurs annoncé qu’une hausse des prix générale était à venir à la fin de l’année dernière, assurant cependant qu’il ne s’agirait pas d’un retour des “prix d’autrefois“.

Il est donc possible que, dans les mois qui suivent, SFR opte pour un changement de ses tarifs tant sur le fixe que sur le mobile pour augmenter son revenu par abonné et sécuriser la croissance durement retrouvée. C’est en tout cas ce que laisse présager Patrick Drahi.

Source : Les Echos