Free Mobile: un collectif soutenu par une députée veut manifester devant un Free Center contre l’installation d’une antenne-relais

Free Mobile: un collectif soutenu par une députée veut manifester devant un Free Center contre l’installation d’une antenne-relais

Nouvelle démonstration de force pour les habitants de Saméon, qui s’opposent à l’arrivée d’une antenne-relais qui sera louée à Free dans leur village. Après une première manifestation devant une boutique Free à Lille, il est prévu de réitérer l’opération devant le Free Center de Valenciennes.

Fin janvier, le tribunal administratif de Lille est allé dans le sens des plaignants réunis depuis dans une association, en bloquant purement l’installation, un pylône de 45 mètres de l’opérateur d’infrastructure TDF, au motif qu’elle pourrait porter atteinte au paysage. Après environ un millier de signatures recueillies lors d’une précédente manifestation à Lille, l’association de riverains veut recommencer l’opération aujourd’hui, samedi 5 octobre à Valenciennes.

Un bras de fer avec TDF qui dure depuis le début de l’année donc pour l’APRES (Association pour la Protection de la Ruralité et de l’Environnement de Saméon). L’association souhaite ainsi faire pression sur Xavier Niel, avec notamment le soutien de la députée du Nord Charlotte Lecocq. L’élue a en effet écrit une lettre au PDG à la fin du mois de septembre concernant le projet. Si l’association souhaite conserver l’identité rurale de Saméon, la mention des potentiels risques de santé publique liés à l’exposition électromagnétique. Le président de l’APRES annonce « Nous ne sommes pas contre les antennes-relais, mais il faut un projet rationnel, que Xavier Niel accepterait dans son jardin. » .

Pourtant, ce projet d’implantation est porté et défendu par TDF, l’opérateur est ainsi parvenu en 2018 à louer la parcelle d’un champ appartenant à un paysan de Saméon pour installer un pylône. Celui-ci devait accueillir une antenne Free Mobile. Sauf que le maire Yves Lefebvre et certains de ses administrés ne l’entendaient pas de cette oreille, évoquant une pollution visuelle et indiquant ne pas avoir besoin de Free Mobile (en oubliant que le site peut servir à d’autres opérateurs).

Source : L’Observateur