Fibre optique: Maxime Lombardini en remet une couche

Fibre optique: Maxime Lombardini en remet une couche

<>

Pourquoi affirmez-vous qu’Orange bloque le développement de la fibre ?

La France est très bien positionnée sur le haut débit avec les prix les moins élevés d’Europe. Mais notre pays risque de rater l’étape suivante, celle du très haut débit par fibre optique, parce qu’Orange ne joue pas le jeu. À Paris, nous déployons sans souci notre réseau sur le domaine public : par les égouts, avec le soutien de la mairie. Le problème se pose dès que nous voulons entrer dans le domaine privé, c’est-à-dire dans les immeubles. Orange dispose de ses relations anciennes avec les copropriétés pour signer des accords permettant d’installer la fibre dans les immeubles. Il va de soi qu’un seul réseau peut être installé par immeuble et qu’il doit être accessible aux autres opérateurs pour laisser aux foyers la liberté de choix. Les solutions techniques retenues par Orange et son refus de collaborer avec les autres opérateurs pour mettre en œuvre la mutualisation, en échangeant les informations relatives aux accords signés, font courir un grave risque de retour au monopole, avec son corollaire, la hausse des prix.

Orange a accepté d’ouvrir ses «fourreaux» à ses concurrents…

Orange se dit ouvert à tout, mais fait exactement le contraire. Il nous met des bâtons dans les roues et retarde notre déploiement tout en intensifiant le sien. L’offre de «fourreaux» existe à titre expérimental, à la suite de notre saisine du Conseil de la concurrence.

Deuxièmement, Orange veut que le point de raccordement entre…

La suite de l’interview disponible sur le Figaro.fr