UFC-Que Choisir classe les réseaux mobiles : Orange le plus performant, Free au coude à coude avec SFR et Bouygues

UFC-Que Choisir classe les réseaux mobiles : Orange le plus performant, Free au coude à coude avec SFR et Bouygues

Six mois après avoir lancé son application de speedtests, l’association de consommateurs dresse un premier bilan des mesures enregistrées et établit son classement des réseaux mobiles les plus performants.

UFC Que-choisir dresse son premier baromètre des réseaux mobiles en ce début d’année 2022. L’association a en effet dévoilé en juin dernier son application mobile collaborative de tests de débits “Queldébit”, après un premier outil lancé sur navigateur en 2019. L’objectif était alors clairement annoncé : ”comparer les opérateurs et de faire toute la lumière sur l’état de la fracture numérique“ en récoltant les mesures effectuées par ses lecteurs. 6 mois après, les informations tirées de “milliers de tests de débits” comme la latence, la vitesse d’affichage des pages web ou encore la qualité des vidéos en streaming permettent à l’association de dresser un premier bilan.

Orange en tête du classement, Free, SFR et Bouygues se disputent les places restantes

Le classement établi par UFC-Que Choisir suit sensiblement la tendance indiquée par l’enquête de l’Arcep dévoilée en fin d’année dernière : Orange est premier avec des débits descendants moyens nettement supérieurs (61.5 Mb/s) à ceux des concurrents SFR (40.7 Mb/s), Free (37.5 Mb/s) et Bouygues Telecom (36.5 Mb/s), tous trois se disputant la seconde ou troisième place selon les critères choisis.  “Si l’on tient compte du débit descendant, SFR monte sur la deuxième marche alors que Free devance Bouygues Telecom d’un cheveu. S’agissant du temps de chargement des pages web, cette fois, c’est Bouygues qui distance SFR et Free” explique l’association.

On peut cependant noter des performances assez éloignées, pour Orange, Bouygues et SFR, de celles enregistrées par l’enquête de l’Arcep, dans laquelle les débits descendants atteints par les trois opérateurs sont en moyennes plus élevés. La différence de quantité de tests utilisés dans les deux études et la démographie des utilisateurs peut cependant expliquer ces différences.

Free Mobile second en zone rurale

L’association de consommateurs avait également pour objectif de montrer les différences de performances des réseaux télécoms entre la ville et la campagne. Pour cela, elle a donc compilé le nombre de tests de débits supérieurs à 8Mb/s en zones urbaines et en zones rurales, pour établir quel opérateur peut permettre une connexion plus importante selon votre lieu de vie.

Si sans surprise, l’opérateur historique reste celui proposant le plus grand nombre de speedtests avec ce débit minimum dans les deux catégories (90% en ville et 74% en campagne), Free Mobile pour sa part est deuxième dans les zones rurales avec 73% de tests remplissant ce critère et troisième en ville. Une tendance déjà pointée du doigt par l’Arcep, qui avait établi que le réseau 4G de l’opérateur atteignait un débit moyen supérieur à Bouygues Telecom et SFR en dehors des zones denses et intermédiaires.

Si la tendance est à la baisse de débit en zone rurale pour Orange, SFR et Bouygues, les performances du réseau Orange passant par exemple de 79 Mb/s en download moyen à 41 Mb/s en campagne, “seul Free offre des performances similaires, voire supérieures dans les territoires ruraux“, explique UFC-Que Choisir. Cette disparité hérisse le poil de l’association, qui estime que si les opérateurs déploient la 4G en campagne ” ils continuent à consacrer la très grande majorité de leurs investissements à l’amélioration de leur service dans les régions denses. Ils agissent ainsi afin de faire face à l’accroissement de la population et à l’explosion des usages gourmands en bande passante, tels que la vidéo ou la visioconférence. S’ils veulent ne serait-ce que maintenir leur qualité de service, ils n’ont pas d’autre choix que d’accroître les capacités des antennes existantes et d’en ajouter de nouvelles.

UFC-Que Choisir s’est également penchée sur le cas de la 5G. Elle reconnait notamment une hausse de débit notable, en expliquant que “selon Queldébit, connecté à une antenne 5G, on dispose d’un débit descendant de 225 Mb/s, en moyenne, contre 44 Mb/s depuis une antenne 4G. Bref, il est multiplié par cinq !“. Elle indique cependant avoir observé dans ses relevés qu’en zone rurale, le débit en 5G “plafonne à seulement 48.9 Mb/s en moyenne, soit plus ou moins le même qu’en 4G“.