BFM TV : une enquête accuse la chaîne d’information la plus regardée de France d’être financée par de la fraude fiscale

BFM TV : une enquête accuse la chaîne d’information la plus regardée de France d’être financée par de la fraude fiscale

À la suite d’une enquête, la web-télé Le Média accuse la chaîne d’information en continu BFM TV, appartenant à Altice/SFR, de s’être développée grâce à l’évasion fiscale.

Dans une vidéo de 12 minutes, la web-télé Le Média révèle que BFM TV s’est en partie développée grâce à l’évasion fiscale et qu’une part importante de ses bénéfices s’envole encore aujourd’hui vers les paradis fiscaux. Objectif : échapper à l’impôt. Ces allégations reposent des informations obtenues auprès de Maxime Renahy, ex-administrateur de fonds pour un cabinet d’avocats de gestion financière installé sur l’île de Jersey.

L’enquête évoque notamment les 50 millions d’euros injectés par le fonds d’investissement APEF 3 dans le groupe NextRadioTV dont il détenait alors 22 %. Or NextRadioTV, c’est BFM TV et RMC. Selon Maxime Renahy, "le développement de BFM TV et de NextRadioTV a été permis grâce à de l’argent qui a été injecté depuis les paradis fiscaux, depuis Jersey". "Sans cet argent-là, de façon importante, BFM TV n’aurait jamais pu se développer", ajoute-t-il. L’enquête évoque également la partie des bénéfices transitant vers les paradis fiscaux et échappant ainsi à l’imposition en France, grâce aux mécanismes de prêt participatif et d’obligations convertibles. Maxime Renahy déplore l’absence de procès verbal, d’enregistrement ou de suivi, lorsqu’il a communiqué des dossiers à la Direction Nationale d’Enquêtes Fiscales (DNEF).